AccueilTENDANCESLES BABY-BOOMERS EN CROQUENT POUR INTERNET

Les baby-boomers en croquent pour Internet


Publié le 28/11/2019

Image actu

L’enquête de Digital Baby Boomer montre à quel point les cinquantenaires et plus sont devenus des surfeurs inconditionnels sur la Toile. Les marques ne devraient pas l’oublier…

 

Avoir la vue qui baisse n’empêche pas de surfer sur la Toile et les années qui passent ne vous freinent pas à vouloir trouver l’âme sœur. Certaines images d’Epinal ont la vie dure. Beaucoup pensent ainsi encore que les baby-boomers seraient allergiques à Internet. Digital Baby Boomer prouve pourtant le contraire. La première agence de web marketing consacrée aux plus de 50 ans vient de publier, à la veille de l’ouverture de la 7ème édition de la Silver Economy Expo, la seconde édition de son étude baptisée « Les seniors et Internet ».

 

Réalisée par l’institut YouGov France auprès d’un panel de 1011 personnes qui ont, au minimum, franchi le cap de la cinquantaine, cette enquête jette à la poubelle de nombreuses idées reçues. Près de 80% des baby-boomers possèdent un compte sur un réseau social. 70% sont actuellement présents sur Facebook contre à peine 50% il y a seulement deux ans. Très actifs sur la Toile, ces internautes affirment consulter en moyenne leurs mails six fois par jour. Plus du tiers des personnes interrogées (35%) reconnaissent même surfer sur la Toile lorsque leurs insomnies les empêchent de fermer l’œil. Ce chiffre est encore plus important pour les plus connectés d’entre eux : 37% des utilisateurs de réseaux sociaux et 49% des amateurs de sites de rencontres déclarent aller sur Internet lorsqu’ils n’arrivent pas à s’endormir la nuit. Car oui, les retraités ne rechignent pas à se rendre sur le web pour trouver une compagne ou une aventure d’un soir. Il faut bien s’occuper quand le sommeil ne vient pas…

 

 

L’amour sur la Toile

 

20% des baby-boomers sont ainsi membres ou ont l’intention de s’inscrire sur un site de rencontres. Les hommes (26%) sont plus enclins que les femmes (17%) à utiliser ce type de plateforme. 28% des Français célibataires, qui sont nés entre 1946 et 1964, ont déjà ou pensent sérieusement sauter le pas. Plus intéressant encore, 5% des personnes en couple sont inscrits sur un site de rencontre ! Le vice n’attend point le nombre des années. Quand ils ne cherchent pas à rencontrer un compagnon ou une amie et plus si affinités, les baby-boomers espèrent aussi gagner des sous grâce au WorldWideWeb.

 

Trois sondés sur dix envisagent ainsi utiliser Internet pour arrondir leurs fins de mois. 95% d’entre eux surfent de façon autonome mais pour 30% du panel, passer du temps sur les réseaux, échanger des courriels ou passer des appels en ligne restent avant tout un moment de vie, de couple et de partage.

 

Quand ils ne cherchent pas l’amour ou de l'argent, nos « anciens » consultent Internet pour trouver de l’information avant d’acheter un produit même si cela se fait au final en magasin (76%). Les sites leur servent également à préparer leurs voyages (72%), à se renseigner sur leur santé (62%) et à chercher des conseils pour leurs petits-enfants pour d’éventuelles sorties ou des idées de cadeaux (50%). Près du tiers d’entre eux (30%) estiment qu’Internet répond mieux leurs attentes que la presse, la télévision ou la radio. Ce chiffre attend même 40% chez les CSP +.

 

 

Les marques devraient faire plus d’efforts

 

L’amour des seniors pour le surf virtuel n’étonne pas Yves Bozzi. « Ils ne voient que les bons côtés d’Internet, analyse le fondateur de Digital Baby Boomer. Huit baby-boomers sur dix jugent ainsi que le web contribue à améliorer leur quotidien. Pour les trentenaires et les quarantenaires, la Toile est aussi un outil de travail qui a des côtés plutôt négatifs ».

 

La supposée allergie des retraités pour les nouvelles technologies disparaît, elle aussi, d’année en année. « Ils ont beaucoup de temps de libre devant eux, ajoute Yves Bozzi. Si beaucoup ont eu du mal à appréhender, au départ, leurs smartphones et leurs ordinateurs, ils ont au fil des années appris à s’en servir et ils maîtrisent aujourd’hui ces nouvelles technologies ».

 

Les marques devraient en prendre conscience mais elles semblent avoir raté le coche. Si 80% des baby-boomers affirment être satisfaits de leur réception Internet (80%) et mobile (82%), à peine 16% d’entre eux sont sensibles à la publicité sur le web. « Médias historiques ou actuels, la manière de s’adresser aux baby-boomers doit être radicalement réinventée, juge le patron de Digital Baby Boomer. Il est aujourd’hui primordial pour les marques de créer une relation de confiance avec ces consommateurs en apportant une attention plus particulière sur ce qui les motive à rechercher des informations ou plus simplement , à ce qui leur parle sur la toile ».

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR