AccueilINNOVATIONSUZIK : L’éVéNEMENTIEL REPRENDRA DE PLUS BELLE, AUTREMENT

Uzik : L’événementiel reprendra de plus belle, autrement


Publié le 15/09/2020

Image actu

 

Hybridation et personnalisation sont les deux clés qui sauveront ce secteur durement touché par la pandémie. C'est Laurent Sifaoui directeur général d'Uzik qui le prédit.

 

Certains voient le verre à moitié plein, d’autres à moitié vide. L’agence Uzik appartient, sans aucun doute, à la première catégorie. L’événementiel et les 335.000 emplois que ce secteur représente en France a été durement touché par la pandémie. Salons, foires, festivals, concerts… Chaque jour, 1000 événements sont organisés dans notre pays. Accueil, aménagements, prestations de contenus, traiteurs, location de sites, transports… Cette filière fait vivre de nombreux sous-traitants. Les plus faibles d’entre eux ont déjà mis la clé sous la porte et de nombreuses autres entreprises sont aujourd’hui au bord du gouffre. Mais comme l’avait récemment annoncé dans La Quotidienne INfluencia, Stéphane Demazure, le président de Link Media Group, « la crise nous oblige à être plus intelligent ». Laurent Sifaoui en est lui-même persuadé.

 

 

 

 Ne pas succomber à l’effet diligence

 

Le directeur général d’Uzik, qui travaille pour de nombreux clients prestigieux comme Google, Heineken, Accor, Ubisoft, BNP Paribas, SFR, Hermès et L’Oréal a mené une enquête auprès d'un panel de 500 personnes pour comprendre comment l’événementiel pouvait s’adapter à la crise actuelle. Le danger, selon l’agence, est de ne pas succomber à l’effet… diligence. Au milieu du XIXème siècle lorsque les chemins de fer se démocratisaient, les premiers ingénieurs avaient instinctivement pensé la forme des wagons comme celle des diligences utilisées depuis des siècles quand bien même il n’existait plus aucune justification technique à cela. L’effet diligence illustre la difficulté qu’a l’être humain à se projeter dans une nouvelle technologie et à se référer, par automatisme, à ce qu’il connaît déjà pour penser le monde de demain.

 

 

Le format 100% digital, intéressant

 

La crise actuelle semble avoir fait évoluer bien des mentalités auprès des participants à des événements. 56% des sondés se disent ainsi prêts à participer à un rendez-vous BtoB si le format et les contenus sont adaptés à 100% à un format digital. Mais plus de trois personnes questionnées sur quatre préférent assister à un événement BtoC sur une plateforme qu’ils connaissent déjà et 28% d’entre eux estiment qu’un manque d’interactions avec les autres participants les dissuaderaient de prendre part à un événement digitalisé. Ces chiffres ne manquent pas d’intérêt.

 

 

 

Des exemples à suivre

 

« Cette étude montre que les contraintes créées par la pandémie vont générer de nouvelles opportunités pour la filière événementielle, résume Laurent Sifaoui. Avant l’arrivée du Covid-19, les professionnels de ce secteur cherchaient, avant tout chose, à louer un lieu extraordinaire. Ils tentaient ensuite d’imaginer une scénographie fabuleuse avant de partir à la recherche de quelques intervenants pour animer leurs journées. Aujourd’hui, cette logique doit être totalement inversée. La chose la plus importante à laquelle il faut penser en premier lieu concerne les contenus que vous souhaitez diffuser à vos participants. Vous devez vous assurer d’apporter une réelle valeur ajoutée à vos clients si vous voulez qu’ils assistent à votre événement». Des expériences intéressantes ont déjà été menées ces dernières semaines. « La prestation de Katy Perry lors de la finale d’American Idol dans laquelle le décor dans lequel elle chante se transforme en dessin-animé a un impact visuel très fort, détaille le directeur général d’Uzik.

 

 

``

 

 

 

Le concert de Travis Scott dans le jeu Fornite a été suivi par des centaines de milliers d’internautes.

 

 

 

La présentation du patron de Snapchat, Evan Spiegel, sur internet avec des images en réalité augmentée pourra changer à tout jamais l’avenir des keynotes des grands patrons». 

 

 

 

Le confinement a contraint de nombreux professionnels à être imaginatif et novateur. Certaines crises peuvent avoir du bon. « Le digital permet de personnaliser beaucoup mieux l’expérience proposée aux participants, énumère Laurent Sifaoui. Sur leur ordinateur ou tablette, les invites peuvent également consulter les contenus où et quand ils le souhaitent. La réalité augmentée et la captation 3D permettent en outre de créer des shows extraordinaires ». Le pire n’est donc pas forcément au coin de la rue. « L’avenir sera tourné vers l’hybridation, conclut le patron d’Uzik. Lorsque la vie aura repris son cours normal, des événements pourront à nouveau avoir lieu dans des conditions normales avec des invités présents physiquement mais d’autres resteront digitaux. Des modèles hybrides vont également apparaître. Des choses très intéressantes et des nouveaux types d’expérience vont se développer dans un avenir proche». Quand on vous dit que le verre est à moitié plein…

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI

Abonnez-vous à la revue


RECHERCHER PAR