AccueilINNOVATIONSCHASSEZ LES MARQUES AUTOMOBILES DES VILLES, ELLES REVIENNENT AU GALOP

Chassez les marques automobiles des villes, elles reviennent au galop


Publié le 08/02/2018

Image actu

Comme PSA pour son come-back aux Etats-Unis, Ford veut rester un acteur incontournable des villes et de leurs centres via la prestation de service. Dans le même temps, Audi repense la mobilité urbaine individuelle intelligente avec les gouvernants publics quand Volvo invite 37 start-up à inventer des nouvelles solutions pour rendre la voiture plus utile aux gens. Bref, les constructeurs s'adaptent pour ne pas se faire dégager des villes.

 

 

" Nous sommes face à une crise des transports qui nous pousse une fois encore à innover et proposer de nouvelles façons pour se déplacer, en ligne avec l’évolution de notre société actuelle et de ces besoins futurs. Pour beaucoup de personnes qui vivent dans les grandes villes, posséder une voiture n'est plus le meilleur choix ". Quatre mois après avoir justifié le lancement en Allemagne de Ford Pass, son service de vélo-partagé -une première en Europe- Ford conforte sa stratégie intelligente de diversification. Après GoBike dans la baie de San Francisco et l'auto-partage en Allemagne, le constructeur lance son service de navettes à la demande en Europe. En mettant le paquet dans la mobilité urbaine, il vise un double objectif : ne pas se faire dégager des villes et devenir un acteur majeur d'un marché, celui des transports de personnes et de marchandises, qui pèse deux fois plus que celui de l'automobile.

 

Après avoir conquis plusieurs grandes villes américaines (San Francisco, Seattle, Colombus, Austin, New York), Chariot a choisi Londres comme première porte d'entrée sur le Vieux Continent. Imaginé pour faciliter la vie des habitants de zones mal desservies par les transports en commun, Chariot permet de créer des liaisons directes avec les interconnections du réseau de transport principal (gare ferroviaire, gare routière, station de métro…) et permettre ainsi à davantage de personnes de se déplacer plus facilement dans les zones urbaines. Quand Audi collabore avec les gouvernants et le privé pour repenser la ville de demain par la " mobilité urbaine individuelle intelligente ", Ford compense les lacunes des infrastructures de transport public.

 

" En tant que fournisseur de services de mobilité, nous développons chaque jour de nouvelles collaborations qui vont permettre de compléter les moyens de transports traditionnels. La coopération avec les plus grandes villes de la planète est nécessaire, pour les accompagner et contribuer à trouver des solutions quant à l’accroissement du trafic et des problèmes environnementaux ", nous expliquait Ford Europe en octobre dernier. Autre constat : " Les solutions de mobilité alternatives comme le covoiturage, l’auto-partage ou les vélos en libre-service connaissent un succès grandissant ". Opérationnel depuis la semaine dernière à Londres avec 4 circuits pré-définis, Chariot " complète au mieux les réseaux de transport existants dans des secteurs à forte croissance démographique ", assume le constructeur de Detroit.

 

 

" Call a bike ", " Free2Move ", même combat

 

Concrètement, Chariot opère pendant la semaine, du lundi ou vendredi, grâce à 14 minibus, offrant chacun 14 places assises, l’air conditionné, une connexion Wi-Fi et un accès pour les personnes à mobilité réduite. L’accès au service peut se faire directement via une application dédiée sur son smartphone, qui permet de se géolocaliser et rechercher les points d’arrêts les plus proches de son emplacement. Les utilisateurs peuvent visualiser les places libres puis réserver un trajet pour 1,80 euro, et même suivre l’évolution des navettes en temps réel.

 

En octobre dernier, Ford mettait à disposition 3200 vélos dans les villes de Düsseldorf et Cologne. Les usagers doivent s'enregistrer sur le service " Call a Bike " via FordPass pour trouver le cycle disponible à la borne la plus proche et enfin régler en ligne pour le service. La valeur ajoutée additionnelle de cette application  ? Elle permet d'accéder à de nombreux autres services pour gérer sa mobilité : auto-partage, trouver des places de parking libres, localiser la station-service la plus proche et la moins chère.

 

Dans la même lignée que Ford, PSA a choisi une application de mobilité, Free2Move, pour faire son retour sur un marché étasunien que le constructeur français avait quitté en 1991. L'application, en tant qu'agrégateur, permet " d'accéder aux services d'auto-partage de plusieurs opérateurs pour disposer de voitures ou de vélos à Seattle ", précise PSA.

 

 

Volvo challenge 37 start-up à Station F

 

Mais réfléchir à la mobilité du futur, c'est aussi pour les géants de la voiture savoir la maintenir incontournable par l'utilité. Dans le cadre d'une réflexion sur les nouveaux services que les constructeurs automobiles pourraient proposer afin d'améliorer la vie des individus et leur faire gagner du temps au quotidien, Volvo a récemment publié une étude Harris Interactive sur la perception que les Français ont de leur temps. Résultats ? 56% ont " souvent ou parfois " l'impression de le perdre quand ils sont dans leur voiture et 46% trouveraient utile que les voitures disposent à l'avenir de technologies et services permettant de les utiliser à autre chose que du transport.

 

Quand consommateur dit, marque fait : les 6 et 7 février, Volvo Car France a donc organisé un Hackathon chez Station F, en mettant 37 start-up au défi d'inventer une nouvelle solution pour rendre la voiture plus utile aux gens. " Géolocalisation de place de stationnement, nouvelle forme de co-voiturage ou de partage de véhicule, intelligence artificielle, etc. Le champ des possibles est immense pour les 37 start-up sélectionnées. " Lighting the Way ", c'est une compétition sans précédent qui verra peut-être naître le service lié à l’automobile incontournable des prochaines années ", commente le constructeur suédois. Et c'est Puump qui remporte cette première compétition. Celle-ci proposera aux 71% des automobilistes qui roulent avec des pneux sous gonflés (*) de commander via leur mobile un Puumpee qui n'est autre qu'un opérateur qui vérifiera sur place la pression et l'état des pneus de leur véhicule avant de les regonfler si nécessaire. Engendrant économie de temps et un impact positif sur l'environnement puisqu'un véhicule aux pneus d'équerre consomme 3 à 5% en moins. Sans compter la centaine de vies épargnées, les accidents (60000) et les blessés (1500) évités (**).

 

La médaille d'argent revient à Boarding Ring qui, avec son Boarding Light, propose d'en finir avec le mal des transports. En effet, cet ensemble de colonnes lumineuses disposées dans l’habitacle -afin de recréer un plan d’horizon artificiel pour remettre en cohérence les perceptions visuelles (vision périphérique) et vestibulaires (oreille interne) des passagers- supprime tout bonnement le conflit sensoriel à l'origine de ce malaise. Quant à la médaille de bronze, elle a été décrochée par Gulplug et son projet de recharge automatique de véhicule hybride via un plug-in magnétique et autonome dès lors que la voiture sera stationnée au-dessus d'une base de rechage dédiée. Y a de l'idée dans tous les domaines. Tant et si bien qu'on finirait presque par croire que les smart cities ne se feront pas sans les cadors du quatre roues. C'est sûrement parce qu'ils ont compris qu'il fallait devenir un acteur majeur d'un marché qu'ils auraient pu considérer comme leur adversaire.

(*) Etude en ligne Puump ! novembre 2017, base 470 répondants.

(**) Modélisation sur base Bilan de l'accidentalité 2015 en France-Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière.

 

  

 

 

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI


 


Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR