AccueilETUDESLES FRANçAIS EN ONT MARRE DE VOIR LEUR BOULOT EMPIéTER SUR LEUR VIE PRIVéE

Les Français en ont marre de voir leur boulot empiéter sur leur vie privée


Publié le 11/04/2019

Image actu

Une étude de HubSpot montre que nous sommes les professionnels qui se plaignent le plus de l’attitude de leurs entreprises. Beaucoup ont déjà décidé de réagir en ne regardant plus leurs mails à la maison. Les employeurs devraient prendre garde.

 

 

Carpe Diem. Les Français en ont visiblement assez de bosser partout et tout le temps. La réunionite aigüe, les courriels reçus à pas d’heure, les messages envoyés de jour comme de nuit, la boîte mail qui se remplit à vue d’œil ? Très peu pour eux. Une étude du fournisseur de solutions de relation client HubSpot effectuée auprès de 7000 personnes dans vingt pays montre que nous sommes ceux qui acceptons le moins de voir notre travail s’immiscer dans notre quotidien. Trois professionnels français sur quatre souhaitent un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Ce sentiment est partagé par 67 % des américains qui travaillent et 62% des allemands. En moyenne, un salarié sur deux dans le monde estime que les entreprises ne se soucient pas de l’équilibre entre leur vie professionnelle et leur sphère vie privée. La proportion de mécontents est plus importante en… France (57%,), qu’en Espagne (53%), en Allemagne (51%) et au Japon (50%).

 

 

 La loi est là

 

Aujourd’hui, des chartes réglementaires et/ou internes existent dans les entreprises, particulièrement dans notre pays, pour assurer le respect des temps de repos et de congés des collaborateurs. En mai 2017, le droit à la déconnexion a fait son entrée dans le code du Travail. Cette loi oblige les entreprises à « mettre en place des instruments de régulation de l’outil numérique » afin « d’assurer le respect des temps de repos et de congés ainsi que l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle et familiale » . Car il y a parfois loin de la coupe aux lèvres. 31% des Français estiment ainsi subir une pression au travail. Ce chiffre est nettement moins élevé au Royaume-Uni (27%), en Espagne (22%) et aux États-Unis (21%). La pression de notre entourage personnel est également très forte. 44% des professionnels de l’Hexagone entendent en effet leurs familles et amis leur répéter qu'ils travaillent trop. Ces critiques sont encore plus souvent formulées chez nos voisins ibériques (47%) et allemands (46%) alors que le côté « boulot-boulot » ne semble pas déranger outre mesure les Américains (42%).

 

 

Vive les vacances…

 

Pour tenter d’améliorer leur quotidien, les Français sont aujourd’hui prêts à se déconnecter quand ils sortent du bureau ou de l’usine. Seulement 36% des salariés de notre pays consultent ainsi leurs messageries professionnelles le week-end contre 50% et 41% de leurs homologues américains et japonais. Et à peine 14% de nos compatriotes se sentent coupables de partir en vacances. Ce pourcentage est… deux fois plus élevé au Japon et il atteint 25% chez l’Oncle Sam, un pays où les travailleurs prennent en moyenne neuf jours de congés payés par an. En France quand une personne doit choisir une entreprise plutôt qu’une autre, les critères qui l’influenceront le plus sont le recours au télétravail (60%), loin devant les perspectives d’évolution de poste (35%) et les rémunérations (33%). En Allemagne et aux Etats-Unis, le salaire reste l’argument numéro 1 (76% et 67%) pour sélectionner un employeur plutôt qu’un autre. « Cette enquête montre que le travail et un bon équilibre entre la vie privée et professionnelles sont de plus en plus importants en France mais aussi dans d’autres pays comme l’Allemagne et les Etats-Unis », constate Marie Hillion, Content Marketing Manager chez HubSpot. La transformation digitale a réinventé la manière dont nous travaillons et collaborons. En encourageant des horaires de travail flexibles et le travail à distance, les entreprises donnent à leurs employés la liberté de travailler de la manière qui s’adapte le mieux à leurs forces individuelles et cela a un impact positif sur le business. » A bon entendeur…

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR