AccueilTENDANCESLES « NéO-WORKERS » PARLENT AUX « NéO-WORKERS »

Les « néo-workers » parlent aux « néo-workers »


Publié le 29/10/2018

Image actu

HP a lancé une campagne qui cherche à séduire les pluriactifs mais ces salariés multicartes, aussi appelés slashers, sont difficiles à saisir. 

 

 

Leurs nombres ne cessent d’augmenter d’année en année mais les marques ne savent pas trop comment leur parler. Quel est le point commun entre un stratégiste et un pianiste concertiste ? Quelle est la similarité entre une hôtesse de l’air et une entrepreneuse en décoration ? Et quels intérêts partagent un ingénieur et un champion de boxe ? Chacun de ces « couples » est en réalité une seule et même personne. Les « néo-workers » sont ces travailleurs qui cumulent plusieurs activités professionnelles.

 

 

16% des actifs sont des « slashers »

 

La France comptait 4,5 millions de ces pluriactifs, aussi appelés slashers, d’après une étude réalisée en 2016 par le Salon des micro-entreprises, soit 16 % des actifs. 40% de ces personnes auraient choisi de leur plein gré de faire plusieurs « boulots » à la fois.

 

73 % des répondants disent que le slashing est, pour eux, un moyen d’arrondir leurs fins de mois, 27 % le font pour générer des revenus grâce à leur passion et 12 % sont motivés par le fait d’être leur propre patron. 77% des néo-workers exercent leur second métier dans un secteur différent et 32% le font avec un statut d’entrepreneur. Plus d’un tiers de ces employés (35%) coiffe leur seconde « casquette » au moins une fois par semaine et 80% d'entre eux cumulent plusieurs postes salariés chez des employeurs différents. Voilà pour les chiffres. 

 

 

Les marques doivent s’adapter

 

Ces actifs représentent de véritables casse-têtes pour les marques qui ont du mal à trouver les messages qui pourraient faire mouche auprès d’eux. Le géant américain HP a fait appel à l’agence de brand content et d’influence marketing Fuse, à l’agence média Re-Mind PHD et à Prisma Media Solutions pour imaginer une campagne spécifiquement ciblée sur les Néo-Workers. Comme souvent aujourd’hui, cette opération a voulu jouer la carte de l’authenticité en faisant parler des slashers de leur quotidien grâce à des vidéos postées sur la Toile.

 

Le film, baptisé Manifesto, illustre le mode de vie de ces travailleurs et trois vidéo-portraits réalisées de façon documentaire permettent d’entrer dans leur quotidien. Dans de nombreuses séquences, Olivier Korber, Maeva Rahmani et Kévin Kuadjovi utilisent évidemment des produits siglés HP comme des ordinateurs portables qui se transforment en tablette en repliant l’écran sur lui-même. Les griffes veulent de plus en plus à séduire ces slashers. Toutes ne sont toutefois pas logées à la même enseigne.

 

 

Des secteurs plus privilégiés que d’autres

 

« Les marques et leurs agences cherchent toutes à appréhender le nouveau mode de vie des néo-workers en s’adaptant à cette transformation de la société mais nous sommes actuellement dans une phase de transition  », assure Elizabeth Billiemaz la présidente de l’agence HUMANSEVEN qui est elle-même une « slasheuse » puisqu’elle gère durant ses soirées et lors de ses week-ends la carrière de son artiste de mari et qu’elle conseille bénévolement des start-up  « Certaines activités permettent de s’adresser plus facilement aux pluriactifs. Nous avons ainsi axé toute la communication de Hop ! sur la mobilité et le fait que cette compagnie aérienne filiale d’Air France peut aider ses clients à aller facilement de Paris où ils travaillent à une ville comme Valence où ils peuvent exercer un autre métier. Le digital nous permet aujourd’hui d’avoir notre bureau dans notre poche et tout le monde peut passer facilement d’une activité à l’autre à tout moment de la journée ».

 

Porter plusieurs casquettes permet aussi d’explorer le monde par tous les temps et de découvrir des paysages insoupçonnés. « J’ai toujours éprouvé le besoin de faire plusieurs choses à la fois », résume Elizabeth Billiemaz « Je trouve en effet que la pluridisciplinarité permet d’enrichir tous les pans de mes activités ».

 

 

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR