AccueilTENDANCESCOVID-19 : TROIS BONNES NOUVELLES POUR UN MONDE MEILLEUR

Covid-19 : Trois bonnes nouvelles pour un monde meilleur


Publié le 26/04/2020

Image actu

Parce que la pandémie mondiale à laquelle nous faisons face ne saurait se limiter à un lourd bilan humain ou à la défaillance de nos services publics de santé, voici trois bonnes nouvelles qui soufflent un vent d’espoir et de renouveau sur le monde d’après.

 

Si vous êtes déprimés par l’incessante prolifération d’informations anxiogènes qui essaiment vos écrans, voici quelques nouvelles positives susceptibles de vous redonner un peu d’espérance.

 

Les pays dirigés par des femmes ont mieux réagi à la pandémie

 

De l’Islande à Taïwan en passant par l’Allemagne, la Nouvelle-Zélande, la Finlande, l’Islande et le Danemark, les femmes d’État ont affiché un véritable leadership dans la gestion de la crise sanitaire. Bien que la géographie de ces pays (petit territoire, peu de frontière...) donne l’avantage, les décisions de ses dirigeantes furent incomparablement plus intelligentes (pragmatiques, rapides, efficaces, etc),  que celles de leurs homologues masculins. En Allemagne, la chancelière Angela Merkel a rapidement déclaré que le virus pourrait infecter jusqu’à 70% de la population afin d’amorcer les prises de conscience. Les tests de dépistage ont été déclenchés immédiatement et les chiffres du pays sont aujourd’hui bien inférieurs à ceux de ses voisins. À Taïwan (49 cas sur son territoire pour une population totale de 23,5 millions d’habitants, qui vivent à 200 km des côtes chinoises et que des millions de travailleurs taïwanais vivent en Chine), la présidente Tsai Ing-wen a quant à elle mise en place 124 mesures pour bloquer la propagation selon Forbes. CNN a jugé la politique sanitaire taïwanaise comme « l’une des meilleures réponses au monde ». En Nouvelle-Zélande, la première ministre Jacinda Ardern a été la première à imposer l’auto-isolement alors qu’il n’y avait que six cas dans tout le pays. L’Islande de la première ministre Katrín Jakobsdóttir a quant à elle offert immédiatement des tests de dépistage gratuits de sorte qu’en proportion de sa population, le pays a dépisté cinq fois plus de personnes que la Corée du Sud, pourtant modèle dans la gestion de crise.

 

Mais la personnalité la plus emblématique est la Finlandaise Sanna Marin, la plus jeune chef d’État du monde qui par son jeune âge ( 34 ans) a su utiliser les influenceurs des médias sociaux comme des agents clefs dans la lutte contre la crise sanitaire. Dernier exemple, celui de la première ministre de Norvège Erna Solberg qui a tenu une conférence de presse où seuls des enfants étaient autorisés à participer. L’originalité et la sincérité de l’évènement a touché le pays et permis une sensibilisation nationale. Ces capacités d’empathie et d’intelligence humaine, loin des comportements guerriers et martiaux de certaines hommes politiques, favorisent aujourd’hui l’émergence d’une nouvelle communication politique moins personnifiée et plus humaine. Une promesse encourageante pour réduire les inégalités homme-femme qui cisaillent notre modernité.

 

 

Le Danemark et la Pologne n’aideront pas les évadés fiscaux

 

La paralysie de l’économie mondiale née du confinement contraint les États à aider financièrement les entreprises jugées stratégiques pour le pays. Un choix hautement politique et révélateur des idéologies dominantes d’un territoire à l’autre. Or, le gouvernement du Danemark a déclaré la semaine dernière que son aide financière - équivalente à 15 milliards de dollars - ne sera pas éligible aux entreprises qui versent des dividendes, qui rachètent leurs propres actions ou qui sont enregistrées dans des paradis fiscaux. « Nous avons une position plus solide que de nombreux autres pays et nous sommes en mesure d’emprunter de l’argent pour surmonter cette situation » a déclaré le ministre des Finances danois Nicolai Wammen. Une mesure courageuse d’autant plus qu’elle n’a pour l’instant pas été prise par un seul un autre pays libéral de l’Union Européenne.

 

La Pologne a également opté pour une politique de financement sélective. Le gouvernement a débloqué 22 milliards d’euros pour soutenir les entreprises du pays, mais à deux conditions. D’abord que les entreprises concernées ne procèdent à aucun licenciement durant une certaine période de temps, ensuite que ces dernières payent leurs impôts en Pologne. « Mettons fin aux paradis fiscaux qui sont le fléau des économies modernes » a lancé le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki qui espère sauver entre deux et cinq millions d’emplois. La décision polonaise s’explique notamment par la victoire des conservateurs en 2015 ainsi que par le retour à un certain protectionnisme économique. À noter qu’en France, 20 milliards d’euros seront attribués sans contrepartie à des entreprises comme Air France, Renault ou Vallourec (équipements industriels). Or, les Malta Files révélés par Mediapart en 2017 ont prouvé que les activités d’assurance de Renault domiciliées à Malte lui ont permis d’économiser 62 millions d’euros sur quatre ans.

 

 

Venise pourrait mettre fin au tourisme de masse

 

Dès le début du confinement en Italie, la cité des Doges est devenue l’un des symboles du répit offert à la nature. La ville des 30 millions de visiteurs par an s’est vidée de ses touristes depuis bientôt 2 mois. La disparition des bateaux-immeubles et des hordes humaines favorise le retour des dauphins dans le port de Cagliari et des oiseaux dans le centre historique. Face à cette prospérité inespérée du vivant, les 58 000 habitants intro muros se questionnent sur un changement de politique économique. « C’est l’occasion d’aller vers un tourisme intelligent avec des touristes qui prennent le temps de comprendre et ainsi sortir des circuits frénétiques d’autrefois » déclare le maire adjoint de Venise.

 

L’administration vénitienne réfléchirait au développement d’un tourisme responsable qui n’écraserait plus l’artisanat, le commerce et la vie locale. Un tourisme de proximité dont l’intérêt serait cependant moins la conscience environnementale que la nécessité. « C’est n’est pas possible qu’on ait des artisans extraordinaires à Murano et que ces gens-là se fassent damer le pion par de la verroterie qui vient de Chine » explique l’écrivaine française Arielle Butaux installée à Venise. Bon gré mal gré, le dumping économique va permettre de protéger le patrimoine vénitien et son environnement. Une réforme vénitienne du tourisme de masse serait un message fort envoyé à la société de consommation.

 

 


Commentez


Abonnez-vous à la revue

RECHERCHER PAR