AccueilINNOVATIONSLE WHOOPERCOIN : BURGER KING LANCE SA MONNAIE EN RUSSIE

Le Whoopercoin : Burger King lance sa monnaie en Russie


Publié le 31/08/2017

Image actu

Depuis quelques mois le Bitcoin flambe et voilà qu'en Russie, où la banque centrale ne reconnait aucune crypto-monnaie, il inspire Burker King qui lance sa propre monnaie virtuelle: le Whoopercoin.

 

Après avoir dépassé la barre des 3000 dollars début août, le Bitcoin continue de battre tous ses records de valeur en franchissant celle des 4000 dollars la semaine passée. Plusieurs économistes estiment que le cours de la crypto-monnaie atteindra même les 6000 dollars d'ici l'été 2018. Encore énigmatique pour une opinion publique qui comprend mal son fonctionnement, la monnaie virtuelle intrigue Etats et investisseurs. En explosant son cours, elle poursuit sa démocratisation en séduisant des nouveaux convertis. Alors qu'en début de semaine, le controversé Kim Dotcom dévoilait Bitcache, un système de pourboire en Bitcoin pour les YouTubeurs, Burger King Russie lance carrément sa propre monnaie cryptographique, dans le cadre d'un nouveau programme de fidélité. Il sera donc bientôt possible de payer son burger en Whoopercoin au pays de Tolstoï.

 

Au début de l'été la multinationale du fast food, relancée en France avec l'agence Buzzman, teasait en annonçant la possibilité prochaine de régler son repas en Bitcoin. Selon le média russe rusbase et le site Bitcoin News Service, Burger King serait allé encore plus loin dans l'adoption du paiement par crypto-monnaie et aurait déjà produit plus d'un milliard de Whoopercoin sur la plateforme de blockchain, Waves. Le but ? Récompenser la loyauté de ses fidèles. Comment ? Après avoir commandé son Whooper, le client scanne son reçu via l'application dédiée et encaisse un Whoopercoin dans son portemonnaie virtuel. L'idée est évidemment de rapidement permettre le règlement de son burger avec ses Whoopercoins.

 

Dans les faits, la chaîne de restauration rapide n'en est pas encore là. Selon un porte-parole de Burger King Russie, la marque va d'abord tester l'application, ce qui n'a bizarrement pas encore été fait. Il est, par ailleurs, toujours impossible de savoir combien de Whoopercoins vaudra le Whooper. Si l'innovation russe du géant nord-américain du burger reste encore dans le domaine de l'intention, entourée du flou des conditionnels, elle confirme que la crypto-monnaie peut vite devenir un produit d'appel marketing pour l'industrie de la restauration, au-delà du levier de la curiosité initiale. Quoi de mieux pour fidéliser son client et renforcer le lien d'attachement que de lui permettre de payer son repas avec un monnaie virtuelle de marque.

 

 

L'arbre marketing qui cache la fôret des valeurs ?

 

Est-ce que cette initiative d'un nouveau genre s'inscrit dans le nouveau prisme relationnel des marques, la translucidité ? Comme INfluencia l'expliquait en mai 2017, "la translucidité n’est pas comme la transparence une finalité, un résultat à atteindre, mais une démarche. La translucidité est un ensemble de normes évolutives que la marque s’impose à elle-même afin de prouver son honnêteté, son humilité ou sa bienveillance dans le but de créer confiance et sympathie de la part du consommateur, touché par ces gestes de bonne volonté ". Créer une crypto-monnaie brandée ne serait-elle donc pas un gadget marketing de transaction et de fidélisation capable de faire oublier l'essentiel ? La question se pose.

 

En tout cas, d'après le site BitcoinRestaurants.net, rien qu'aux Etats-Unis 94 restaurants acceptent déjà le Bitcoin comme moyen de paiement, dont 25 dans la seule Californie. En Russie, un établissement moscovite, le Valenok, est devenu en juin dernier le premier resto du pays à en faire de même, alors même que la crypto-monnaie n'est pas encore reconnue par la banque centrale russe. " Nous sommes même prêts à installer des distributeurs spéciaux pour échanger les Bitcoins si jamais nos clients le demandent ", annonçait alors le porte-parole du Valenok au média autochtone, RIA Novosti.

 

 


Commentez





Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR