AccueilAUDACE« CECI N’EST PAS UNE VOITURE »

« Ceci n’est pas une voiture »


Publié le 14/12/2018

Image actu

Volvo a participé au salon automobile de Los Angeles sans présenter de voiture sur son stand. Un pari osé et une première mondiale.

 

 

« Ceci n’est pas une pipe », écrivait Magritte sous une de ses toiles représentant une… pipe. A l’occasion du salon Automobility LA, qui s’est tenu du 26 au 29 novembre dans la Cité des Anges, Volvo a choisi, de ne présenter aucun de ses modèles sur son stand.

 

Au milieu de son espace, le constructeur suédois a installé, en lieu et place, une grand sculpture en bois sur laquelle on pouvait lire « This is not a car » (« Ceci n’est pas une voiture »). Pour la toute première fois, une marque automobile décidait ainsi de ne pas montrer de voiture lors d’un salon.

 

 

Des services, rien que des services

 

« En baptisant le salon Auto-mobilité L.A., les organisateurs prennent acte du bouleversement en cours dans notre industrie », déclare Mårten Levenstam, en charge de la stratégie produit de Volvo Cars « Nous tenons à faire savoir que le message a été bien reçu en engageant la conversation sur le futur de l’auto-mobilité. Ainsi, plutôt que de présenter un concept car, nous parlerons du concept même de voiture ».

 

Autour de sa sculpture, la filiale scandinave du groupe chinois Geely a installé plusieurs démonstrations interactives de services de mobilité comme la livraison itinérante mise au point en partenariat avec Amazon ainsi que son offre de partage de voiture. Care by Volvo permet de bénéficier, contre le versement d’un abonnement mensuel, d’un véhicule et de toute une gamme de services selon la disponibilité géographique. Lavage, service jockey pour l’entretien de la voiture, installation de pneus neiges en Suède voire même livraison itinérante des achats effectués en ligne dans le coffre de la voiture… La liste des options gratuites proposées est impressionnante. Ce service, lancé il y a tout juste un an, n’est toutefois pas encore disponible en France où aucune date de commercialisation n’a été avancée par le constructeur.

 

 

Volvo veut être dans le conversationnel

 

A Los Angeles, Volvo a, une nouvelle fois, cherché à se démarquer de la concurrence. « Nous avons voulu profiter de ce salon pour lancer avec les visiteurs une conversation sur la mobilité de demain », explique Aurélie Briout, responsable de la communication digitale chez Volvo « Participer à un tel rendez-vous pour soulever un drap et dévoiler un nouveau modèle est un peu désuet. Nous préférons être dans le conversationnel avec nos clients et leur parler des solutions de mobilité du futur ».

 

Cette initiative ne manque pas de sens surtout pour une marque qui souhaite que la moitié de ses modèles vendus en 2025 soient électriques et qu’un tiers d'entre eux soient autonomes. Mais proposer des services, aussi innovants soient-ils, avant même de vendre la voiture n’est-elle pas une stratégie qui consiste à mettre la charrue avant les bœufs ? Un constructeur « appâte » normalement les automobilistes avec ses modèles avant de leur offrir des options. Pas le contraire. Volvo a donc tenté à Los Angeles un coup de poker. « C’est un concept que nous pourrions refaire dans d’autres salons », avance, timidement, Aurélie Briout.

 

Un premier bilan de l’Automobility LA doit toutefois être tiré avant que le constructeur suédois ne se décide à pousser plus loin ses pions. Participer à un salon automobile sans présenter de véhicule pour une marque de voiture peut en effet paraître étrange mais le géant chinois, son propriétaire, est bien parvenu à relancer le plus scandinave des constructeurs sans qu’il perde son identité. Volvo nous a habitué à nous surprendre.

 

 

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR