AccueilTENDANCESLE NULL STERN HOTEL REVENDIQUE SON "0 éTOILE"

Le Null Stern Hotel revendique son "0 étoile"


Publié le 17/04/2013

Image actu

 

 

Le Null Stern Hotel voit le jour en 2008, lorsque la ville suisse de Teufen contacte les artistes Frank et Patrik Riklin, rejoints ensuite par les professionnels de l’hôtellerie Daniel et Samira Charbonnier, pour transformer un ancien bunker en hôtel au décor minimaliste : murs nus, sol en béton, dortoirs et salles de bains communes.

 

 

 

 

Deux entrées sont possibles : un escalier ou une échelle, l’ancienne évacuation d’urgence.

 

 

 

 

Une fois à l’intérieur, seule une télévision des années 80 transmet les images de l’extérieur. L’hôtel fournit bouillottes, chaussons et gourdes d’eau chaude. En effet, il n’y a pas de chauffage, et le Null Stern se targue de n’avoir de l’eau chaude que pour une seule personne. Pour y avoir droit comme pour connaître son lit, il faut gagner le tirage au sort de « la roue du destin », une roue de bicyclette accrochée à un tableau noir.

 

 

 

 

Les habitants font l’expérience d’une véritable vie en communauté. L’hôtel a en effet été pensé selon 5 principes qui forment une philosophie de vie : réunir, réutiliser, réduire, recycler et repenser. Franck Riklin voit là « une autre forme de luxe. Car rien n’est devenu plus impersonnel qu’un hôtel cinq étoiles aujourd’hui ». C’est de ces derniers que se moque le Null Stern avec son slogan « the only star is you ».

 

 

 

 

Le concept a été nommé au Worldwide Hospitality Awards en 2009 à Paris, et classé en 2010 par le magazine Geo Saison parmi les 100 meilleurs hôtels en Europe. Victime de son succès, il ferme ses portes une année jour pour jour après son ouverture. Des visiteurs venus de 29 pays différents y ont été accueillis !

 

L’hôtel est aujourd’hui devenu un musée que les amateurs peuvent visiter en attendant que de nouvelles adresses ouvrent dans de plus grandes villes...

 

 

 

 

Daniel Bô, Pdg de QualiQuanti

@QualiQuanti

 

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR