AccueilA NE PAS MANQUERLE NUMéRIQUE EST UN GRAND BAROUF

Le numérique est un grand barouf


Publié le 14/03/2018

Image actu

Marre des supputations et autres théories sur le monde de demain ? Le Grand Barouf Numérique, événement phare de la Métropole Européenne de Lille (MEL) qui se déroulera les 22 et 23 mars prochains, est du même avis et préfère laisser place au débat, aux sujets qui dérangent et qui questionnent profondément les citoyens à propos de la société qu’ils entretiennent et des politiques publiques qui en découlent.

 

Encore un événement qui parle tech et enjeux du futur ? Pas vraiment. Le Grand Barouf Numérique, organisé par la MEL en partenariat avec OuiShare et POP séduit par son approche collaborative et incisive. Conçu comme une « session parlementaire » de deux jours, où les participant.e.s deviennent des « député.e.s » réunis en commissions, auditions et séances de questions au gouvernement -fictives bien évidemment- son objectif est d’examiner et d’amender un projet de loi numérique d’anticipation. Premier événement sur le numérique au Nord de Paris, cette manifestation invite plus de 2500 participants et près de 300 intervenants de tous horizons (chercheurs, start-upper, militants, designers, scientifiques, artistes, enseignants et politiques) à imaginer le futur de demain, et se veut avant tout un lieu de rencontres où formats improbables et richesse de chacun alimenteront le débat.

 

Pour sa 2ème édition, le GBN interroge " l’éducation et les savoirs numériques " avec en intitulé de projet de loi : «  Être, Savoir et Devenir » qui s’articule en 4 mesures phares :

- Une intelligence artificielle pour prédire la formation et l’emploi

- Des brouilleurs d’ondes pour canaliser l’attention et l’information

- Un crédit citoyen numérique pour évaluer les aptitudes sociales

- Des robots sociaux pour automatiser l’apprentissage

 

 

Un événement conçu comme une session parlementaire avec un projet de loi à la clé

 

Si les mesures semblent primaires, l’entrée en matière dépasse ici la dimension purement utilitaire des tech dans l’éducation. L’initiative du Grand Barouf du Numérique est centrée sur un débat allant à l’encontre d’une marche consensuelle individualiste et conçoit un futur plus collaboratif qui commence par se poser les bonnes questions. Dans le monde de l’hyper-information, qu'est-ce qu'apprendre et avoir accès au savoir ? Comment reprendre la main sur l’emprise éducative dite de " formatage " que constituent les réseaux sociaux et le digital ? Comment insuffler une prise de conscience numérique par les politiques publiques ? Comment faire du numérique une chance pour l’éducation et non une contrainte dont il faut se débarrasser ? Comment faire des tiers-lieux, des lieux d’éducation et d’émancipation ? Comment re-designer les politiques publiques sous un prisme plus digital ? Comment saisir les codes du numérique qui feront avancer la pédagogie et la formation dans l’éducation au sens large ? La vie privée s’enseigne-t-elle ? L’éducation est-elle une science ? Les GAFA, seuls maîtres de notre avenir ? Autant de questions pas tout à fait régaliennes et ô combien pertinentes qui seront débattues sous des prismes annoncés comme déroutants par les intervenants.

 

Le projet de loi est fictif mais la démarche est prospective pour les entreprises qui seront présentes et surtout pour la MEL qui ambitionne de s’approprier les conclusions tirées de ces deux jours de débat afin de s’en inspirer pour développer des dynamiques plus crédibles et parlantes aux citoyens. Si la capitale européenne est en passe de devenir capitale mondiale du design en 2020, c’est sans doute parce qu’elle prend très au sérieux l’enjeu stratégique du numérique notamment sur les aspects de développement économique et territorial. Il semblerait d'ailleurs que certains aient compris qu’une modernisation territoriale et sociale passe inévitablement par une acceptation du numérique et de la transformation digitale, comme le souligne Akim Oural, conseiller métropolitain delegué au numérique à la MEL : « Le Grand Barouf Numérique est un événement prospectif qui nous permet d’envisager l’utilisation des nouvelles technologies de manière pertinente et ambitieuse, pour faire du numérique un acte de procès social. C’est pourquoi, le fruit de nos réflexions doit jalonner notre stratégie pour faire de notre métropole une référence en matière de ville intelligente ». Avant-gardiste ou non, le GBN s'annonce quand même visionnaire en plaçant le citoyen au coeur des politiques publiques de demain et en intégrant le numérique comme acteur incontestable : outil malléable dont il faut s'emparer.

 

 

Pour y participer, cliquez sur la photo ci-dessous ! 

 

 

 

 

Le Grand Barouf Numérique édition 2017 

 

 

 

 

 

 


Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR