AccueilETUDESIL PARAîT QUE LE CONSOMMATEUR EST VOLATILE...

Il paraît que le consommateur est volatile...


Publié le 19/01/2017

Image actu

On découvre que le consommateur est volatile comme si il avait été toujours fidèle... En fait n'est-il pas opportuniste ? Éléments de réponse avec une étude CSA.

 

Ils représentent 15% de la population française, ils sont jeunes, actifs et digitaux. Eux, ce sont les « volatiles », une espèce de consommateur qui a un goût prononcé pour l’aventure et qui n’hésite pas à challenger les marques à la recherche de la meilleure offre ou de nouvelles expériences : dans les 12 derniers mois, 59% ont changé de smartphone, 46% d’opérateur téléphonique, 42% se sont envolés vers d’autres horizons professionnels dans les 3 dernières années et 37% ont débuté une nouvelle vie avec un conjoint lors des 5 dernières années.

 

Un casse-tête pour les marques ? Une aubaine dans la mesure où les enseignes vont devoir se creuser les méninges pour devenir encore plus mémorable et offrir une relation client digne de ce nom sous peine de tomber dans l’oubli. Un challenge plus qu’excitant et comme le déclamait un certain Aimé Jacquet, en 1998, il va falloir muscler son jeu. Le consommateur lambda ne peut que s’en réjouir.

 

De plus, "volatile" ne veut pas dire volage et ils vont au bout de la démarche d’engagement envers les marques qu’ils affectionnent, en prenant notamment la parole sur le numérique pour déclarer leur flamme. Découvrez le portrait-robot de ce drôle d’oiseau à travers une étude du CSA.

 

 

Quatre typologies du volatile

 

Volatile promophile (31%)

 

La recherche de la bonne affaire est sa première motivation ! Il passe énormément de temps à surfer sur le web pour dénicher le produit moins cher online qu’en magasin. La nouveauté, l’innovation, l’intéressent bien moins que le challenge de dégoter les bons produits au meilleur prix. Fier de ses trouvailles, il aime conseiller régulièrement ses amis et sa famille. Parmi ce groupe, nombreux sont ceux qui ont par exemple changé de banque principale ces 5 dernières années (73%), séduits par les offres agressives des pure players, nouveaux arrivés sur le secteur.

 

 

Volatile technophile (28%)


Ce qu’il cherche avant tout c’est mener une vie pleine de défis, de nouveautés, de changements. Il aime posséder avant les autres les produits dernier cri et de haute qualité. Il s’agit d’un utilisateur averti des nouveaux services proposés par les grandes surfaces alimentaires par exemple (drive, livraison après commande Internet) ou des solutions bancaires innovantes. Très à l’aise avec les nouvelles pratiques digitales, il ne manque pas de les utiliser pour concrétiser ces achats (36% de paiement via téléphone mobile sans contact VS 11% dans le reste de la population).

 

 

Volatile insoupçonné (24%)

 

Concrètement, si on le lui demandait, il ne se décrirait probablement pas comme étant « volatile »… Si l’on se fie à ses attitudes, il s’agit plutôt d’une personne peu intéressée par l’innovation, insensible aux promotions et ne remplaçant ses produits que lorsqu’ils sont usés. Et pourtant ! Ses actes indiquent qu’il s’agit d’une personne aussi volatile que les autres profils !

 

 

Volatile insatiable (17%)

 

Ce qui le caractérise c’est son envie perpétuelle de changement. Plus fortement que les autres volatiles, il exprime son intention d’opérer des changements dans les mois qui viennent. Lui aussi passe beaucoup de temps sur Internet afin d’y trouver les produits les moins chers. Touche à tout, aimant les nouveaux défis, à fond sur l’innovation, il aime en plus prodiguer des conseils à ses proches. En contact régulier avec les marques et publicités, que ce soit sur des supports historiques (presse / radio / tv) ou des supports digitaux (Internet / Applications), il est, en outre, bon client des évènements privés organisés par les marques.

 


Commentez





Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR