AccueilTENDANCESLE MARIAGE ARTY DU CHAT JAPONAIS ET DU COQ GAULOIS

Le mariage arty du chat japonais et du coq gaulois


Publié le 04/11/2018

Image actu

Pour célébrer les 160 années de relations diplomatiques franco-japonaises, Sato Creative organise une exposition intitulée « A lucky cat art exhibition » chez Sid Lee. L’occasion pour une quarantaine d’artistes des deux pays de réinterpréter une figure iconique de la culture nipponne : le maneki-neko. C’est l’amour chat.

 

 

En cette année 2018, la France et le Japon célèbrent 160 années de relations diplomatiques, et le 150ème anniversaire du début de l’ère Meiji qui signe l’ouverture de l’archipel à l’Occident. Pour marquer le coup, les gouvernements des deux pays ont lancé de juillet 2018 à février 2019 une grande saison culturelle commune. L’occasion d’insuffler un peu de « L'empire du soleil levant » dans nos musées, théâtres, cinémas ou restaurants avec une grand messe culturelle qui porte bien son nom : le Japonisme2018 - tirée du mouvement artistique éponyme français de la fin du 19ème siècle, fortement influencé par l’art nippon. Qui prétend encore que l’amour dure 3 ans ?

 

A cette occasion, le -jeune- studio Sato Creative prend ses quartiers dans la galerie de l’agence Sid Lee, pour une exposition peu commune. Intitulée « A Lucky Cat Art Exhibition », cette apologie du félin rassemble les travaux d’une quarantaine d’artistes français et japonais qui ont tous réinterprété une icône de la culture japonaise : le maneki-neko.

 

 


 

Le coq gaulois fait la cour au chat nippon

 

Statuette représentant généralement un chat tacheté, le maneki-neko est une figurine japonaise traditionnelle en papier-mâché qui a traversé les siècles comme les frontières. Présent dans toute l’Asie, le fidèle mammifère trône à l’entrée de la plupart des commerces et restaurants. Il est décliné depuis des centaines d'années dans toutes les tailles, couleurs et matières, tantôt la patte gauche relevée pour séduire les clients, ou la droite pour attirer l’argent. Richement décoré ou proche de l’épure, il est surtout l'un des ambassadeurs de l'esthétique japonaise à travers le monde.

 

 


 

Fabriqués par des artisans de la préfecture de Gunma, à Takashi, les maneki-neko en plâtre mesurent 20 cm de haut et sont déclinés en deux versions avec la patte gauche ou la droite en l’air. La personnalisation par les artistes des deux pays transforme ces figurines traditionnelles neutres en objet d’art contemporain. La rencontre de ces deux savoir-faire très différents en apparence, s'est effectuée dans un même but : créer des pièces uniques et intemporelles. Et c'est réussi.

 

 

Un pont artistique franco-japonais 

 

Comme nous l’explique Axelle Munier, co-fondatrice de Sato Creative : « Une première édition s’était tenue en avril 2017 dans la Gallery X de PARCO en plein centre de Shibuya à Tokyo, organisée par Tokyo Urban Art, un collectif du cru. Vu l’engouement actuel autour du Japon, nous avons collaboré avec eux pour ramener cette exposition dans l’hexagone. Ils nous ont curaté une trentaine d’artistes locaux, et Tokyoiite Gallery a fait de même pour une vingtaine d’artistes français ». 

 

 

 

 

Si le spectre de la réappropriation culturelle pointe le bout de son nez dans notre époque qui fait la part belle au politiquement correct, Axelle Munier nous rassure immédiatement : « De tous les artistes japonais avec lesquels nous avons travaillé, aucun n’a trouvé la démarche offensante. Bien au contraire. On travaille avec une scène culturelle ouverte sur le monde et pas du tout ethnocentrée. Résultat, tous sont heureux de cette réactualisation de leur icône populaire par une culture étrangère. Et puis surtout, chacun y a apporté sa patte, et sa sensibilité artistique ».

 

Alors si vous ne savez pas quoi faire pour égayer votre automne désormais pluvieux, rendez-vous jusqu'au 9 novembre, au 7 rue de Paradis, 75010 Paris pour un voyage en direction du Soleil levant, à mi chemin entre tradition et modernité. La parfaite définition de l’identité japonaise…

 


 

 

Takeru Amano

 

 


Thirsty Bastard

 

 


Victor Takeru

 

 


Tiffanny Bouelle


Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR