AccueilIMAGEATYPIC', LA BALADE DES PHOTOGRAPHES HEUREUX

Atypic', la balade des photographes heureux

IMAGE avec IMAGE

Publié le 09/02/2017

Image actu

Une balade insolite dans la capitale avec un photographe en guise de guide touristique, ça vous branche ? Tel est le créneau de la start-up Atypic’. Au programme : du plaisir, de l’exploration et de l’échange.

 

A quand remonte la dernière conversation avec votre Daïmon, entité imaginaire et invisible à laquelle on s’adresse pour demander des conseils ? Une petite voix capable de vous montrer la lumière et de vous inviter à opérer un virage à 180°. Ce Daïmon, Natacha Gan l’a sûrement croisé au cours de sa vie. Passionnée de photographie et adepte de la chambre noire, elle a mis de côté ses études de commerce et son poste dans un cabinet d’études et de conseil pour fonder Atypic’. Le concept ? Déambuler dans les rues de Paris en compagnie d'un photographe pendant trois heures pour acérer son oeil et ses techniques.

 

Outre sa passion dévorante pour la photo, c’est un double constat qui l’a poussé à fonder sa start-up : plus de 2/3 des détenteurs d’appareil photo (*) déclarent maîtriser moins de la moitié de leurs capacités et/ou options et 50% des amateurs souhaiteraient bénéficier d’une formation pour en tirer partie au maximum (**). Quoi de mieux qu’une balade au grand air avec un as de la prise de vue pour tenter de percer les mystères du cadrage, de la texture, des couleurs, de la gestion des ISO…

 

 

Jouer sur les tendances

 

Une initiative prometteuse qui s’appuie également sur deux tendances fortes, l’urbex et la gestion de son image : « On propose une visite de Paris hors des sentiers-battus et on souhaite sortir des clichés de la capitale. On s’intéresse par exemple au secret de la Mouzaïa, aux charmes du XXème et ses allures de village, à la découverte d’un autre Montmartre… La notion d’exploration est très importante. On mène également tout un travail de démocratisation de l’intention photographique. Il faut amener les gens à réfléchir sur ce qu’ils photographient et éviter les clichés vus et revus. Les réseaux sociaux en regorgent ».

 

Les sessions sont ouvertes à tous, peu importe son niveau, et s’effectuent avec un maximum de 10 participants. Les promeneurs photographes devront débourser 35 euros et les accompagnants 12 euros. Si vos passages dans la capitale se font rares, rassurez-vous, Natacha Gan compte bien exporter son concept dans toute la France. Nantes, sa ville de cœur, devrait être la prochaine sur la liste.

 

 

A découvrir

 

 

 

(*) : étude Atypic' menée en septembre 2016, en France, auprès de 500 détenteurs d'appareils photo

(**) : étude IPSOS/API 2014

Commentez





Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR