Accueil#FRENCHINCHINA#FREDINCHINA : LE PETIT PRINCE INSPIRE LE BLIND BOOKING

#FredInChina : Le Petit Prince inspire le Blind Booking


Publié le 22/06/2015

Image actu

 

Comprendre l’Empire du Milieu n’est pas chose aisée pour les Occidentaux… Frédéric Raillard, le co-fondateur de Fred & Farid Group analyse chaque semaine pour BFM Business et INfluencia le premier marché du monde à travers cette chronique social media inédite. Depuis plus d’un an Fred décrypte cette Chine ultra-connectée qui compte près de 800 millions de netizens en partageant ce qu’il a vu, lu et entendu sur Weibo, WeChat, Huaban, Youku. INfluencia est partenaire de cette aventure...

 

 

 

 

HotTopic : un best seller mal adapté déclenche les sarcasmes sur la Toile

 

D’après le best seller « The Lost Tomb », vendu à 10 millions d’exemplaires en Chine, une société de production a décidé de réaliser une série non pas pour la télévision mais pour Igiyi, une plateforme digitale. L’adaptation de ce livre écrit par un écrivain/influenceur qui draine des millions de followers sur la toile, était on ne peut plus attendue, d’autant qu’elle est interprétée par des acteurs célèbres. Mais dès le premier épisode, la déception a été totale. Non seulement parce que les dialogues étaient complètement changés mais en plus à chaque fois que l’un des protagonistes évoquait le trésor à trouver, un autre lui rétorquait : « Oui dès qu’il sera trouvé, il faudra le restituer à l’Etat ». Cette phrase répétée à 3 reprises dans ce seul épisode, est devenue un sujet de moquerie et d’explosion de vannes sur les réseaux sociaux provoquant 180 millions de média impressions. Des critiques faites sans méchanceté et sans agressivité mais avec beaucoup d’ironie, de drôlerie et de sarcasme. Si bien que l’auteur du livre a jugé bon de se dissocier du producteur et de son adaptation lourdingue. A voir ici.

 

 

 

 

HotBrand : 700Bike ose le coup marketing à l'aveugle

 

Jiang Xiandong n’est pas seulement le fondateur d’une entreprise digitale qu’il a revendue, c’est aussi un KOL qui a 2 millions de followers et surtout un passionné de vélo. Fort de son autorité dans ce monde, il vient de lancer 700Bike, sa nouvelle bicyclette, selon un concept commercial tout aussi original et énigmatique : le Blind Booking. En effet, sa démarche est pour le moins surprenante car pas une seule photo ni une seule information ou prix ne sont publiés à propos du produit. Il s’est contenté d’afficher le nom de sa marque, invitant les clients à lui faire confiance et passer commander sans rien voir.

 

Il s’est quand même fendu d’une caution en partageant une photo sur laquelle il apparait aux côtés d’amis, d’autres KOLs, de chanteurs et de célébrités, et validée par une phrase qui se veut rassurante : « Si c’est Jiang Xiandong qui a fait ce vélo alors j’y crois ». De même en bas de son site -auquel on peut s’inscrire seulement si on verse 7 RMB- il cite approximativement Le Petit Prince : « Les choses les plus importantes ne se voient pas avec les yeux ». Il va même encore plus loin en testant la capacité de ses clients à s’engager en demandant à ceux qui voudraient recevoir le vélo en priorité de payer immédiatement 200 RMB. Gonflé mais cela lui a permis d’enregistrer 21 000 commandes fermes, 3000 RT sur WeChat et 10 millions de média impressions. Un coup marketing malin qui a parfaitement tiré partie de l’économie des KOLs où on a un influenceur avec une véritable autorité dans un domaine même si c’est la niche d’une niche et qui a construit sa communauté. Et ça marche! A voir ici.

 

 

 

 

HotPost : une affiche révèle l’énigme d’une série avant sa diffusion, et ça plait !

 

Avec sa série décadente sur les jeunes post-modern qui ne pensent qu’à la consommation et aux marques, Guo Giming, à la fois écrivain, expert en marketing et influenceur, est adoré par les jeunes. Car, il sait surprendre en cassant les codes marketing : ainsi pour soutenir ses films, il ne diffuse pas une seule affiche sur la Toile mais 120. A l’occasion de sa nouvelle série, Tiny Times 4, il crée encore une fois l’étonnement. Car si son affiche reproduit " La Cène ", c’est sans Jésus et ses apôtres remplacés par les acteurs de la série. Chacun d’entre eux manipule un objet précis, se tient dans une posture particulière ou regarde d’une certaine manière un autre personnage.

 

Rien d’anodin dans ce poster annoncé sur les réseaux sociaux et où, en fait, Guo Giming code toute son histoire. De multiples conversations ont aussitôt émergé autour d’hypothèses et de suppositions. Puis, il s’est amusé à communiquer un par un, 9 indices, 9 images, 9 zooms sur les détails révélant la trame de la série avant même de la diffuser. Un processus inédit et original qui a séduit avec 345 retweets. A voir ici.

 

 

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR