Un abri bus qui a du coffre !
JCDecaux Innovate
JCDecaux Innovate for H&M
Lydie jay @ Trocadero 2012
Comme un écran dans la ville
Par
Christine Monfort
La multiplication des écrans digitaux dans l’espace urbain illustre le passage d’une société de l’écrit à une société de l’image, mais aussi l’intrusion du numérique dans nos vies. Ils ponctuent nos parcours d’urbains en mobilité avec une vraie proposition d’information et de divertissement. —


L’environnement influe sur
la manière dont on perçoit
les écrans digitaux

















© clear channel































L’un des enjeux
réside dans l’utilisation
du multi-écrans
































Les villes ne sont sans doute
qu’à l’aube de
leur mutation numérique
Petits ou grands, les écrans font partie intégrante de notre quotidien. Dans les foyers, les smartphones, tablettes, consoles de jeux... se sont progressivement ajoutés aux écrans de télévision et des ordinateurs.


6,2 écrans par foyer

Au premier trimestre 2012, on recensait une moyenne de 6,2 écrans par foyer1, soit davantage que le nombre de postes de radio. Changement d’époque... L’espace urbain participe pleinement de cette révolution numérique, dans une alliance souvent bien comprise avec la publicité afin de ne pas peser sur le contribuable. Des écrans géants qui permettent de partager collectivement les grandes retransmissions sportives ou culturelles aux écrans digitaux plus pérennes qui rappellent le design des smartphones, ces supports jalonnent désormais nos parcours dans les lieux de transports comme dans les espaces de loisirs, en passant par les centres commerciaux et certains magasins.


Des messages serviciels

Par les nouvelles possibilités qu’ils ouvrent en termes de créations dynamiques, d’adaptation et d’actualisation des messages serviciels, ces écrans digitaux font évoluer notre rapport au message délivré : « Leur taille, leur luminosité et les changements permanents d’images, de textes, de graphiques, de vidéo, de son… stimulent l’attention, note Laurence Ayrault, présidente Neuro@Conso, un laboratoire qui analyse le marketing à la lumière des recherches en neurosciences. La mémorisation est optimisée car la technologie engendre des messages plus créatifs, plus émotionnels, qui favorisent l’engagement et les expériences sensorielles, émotionnelles ou cognitives. Inversement, une grande quantité d’informations peut saturer les facultés attentionnelles et diminuer l’efficacité des messages. Les bruits, les mouvements, les lumières ou la foule inhérentes à la vie citadine entraînent parfois des difficultés de concentration, de l’énervement, des oublis, de l’anxiété, l’altération des capacités de jugement... »


Un effet ludique

Au-delà de la beauté et de la taille des écrans (pas moins de 39m² pour celui installé au terminal 2E de Paris CDG), c’est la pertinence de la création ou du service qui étonne les passants, capte leur attention, les divertit. Dans les terminaux d’aéroport, Guerlain a accueilli les passagers dans la langue majoritaire de leur vol à l’arrivée à Paris lors de la campagne pour son parfum La Petite Robe Noire. À Londres, IBM a donné les résultats de Wimbledon en associant la nationalité des joueurs et la destination des vols. Dans les malls équipés de salles de cinéma, une campagne pour le film « La Colère des Titans » signalait par un compte à rebours le temps restant avant la prochaine séance et des commentaires de spectateurs étaient incrustés sur l’écran. Les groupes d’écrans peuvent participer à l’effet ludique : lors d’une campagne « Madagascar 3 », le lion, l’hippopotame et la girafe apparaissaient successivement, chacun sur un écran.


Réassurance du passager

L’environnement influe sur la manière dont on perçoit les écrans digitaux. « On ne raconte pas la même histoire sur les écrans du métro, devant lesquels on ne passe que quelques secondes, et dans les aéroports où les passagers passent deux heures et demi. Dans ces espaces, les boucles ont aussi une dimension de réassurance du passager et d’infotainment. Les marques s’y intègrent naturellement car elles font partie du voyage », indique Isabelle Schlumberger, directeur général commerce et développement chez JCDecaux.


Une disposition d’esprit propice à l’achat

Les gares échappent en partie à la règle qui veut que les messages situés en hauteur échappent à l’œil des passants car les voyageurs ont l’habitude de consulter les horaires et les quais de départ sur des panneaux traditionnellement disposés en hauteur. Dans les centres commerciaux, certaines aversions à la publicité finissent même par tomber : « Les gens sont dans une disposition d’esprit propice à l’achat. Même si 70% d’entre eux ne savent pas précisément, en entrant, ce qu’ils vont acquérir, ils consacrent en moyenne 80 euros à leurs achats. Ils sont sensibles à l’information commerciale dispensée au plus près du point de vente », affirme Emmanuel Pottier, directeur de la stratégie et des nouveaux médias de Clear Channel.


Encore peu d'écrans in-store

Depuis l’apparition des comparateurs de prix, les écrans des mobiles ont fait leur entrée dans le linéaire. En revanche, les enseignes communiquent encore peu via des écrans in-store et semblent encore très en retrait par rapport à la courbe d’expérience de leurs clients.

Casino teste cet automne un écran vertical tactile qui fera office de mur digital et de catalogue interactif permettant d’acheter les produits présentés et d’éditer un ticket de caisse via QR Code. Addacom (groupe Areco) a installé plusieurs types d’écrans chez Géant Casino, Simply Market, Intermarché... : des écrans tactiles pour le rayon fruits et légumes (fiche produit, valeur nutritionnelle, idées de recettes…) jusqu’à un écran d’accueil de grande taille donnant accès à toute une gamme de services, d’images, de catalogues ou de vidéos. « Après trois à six mois d’implantation, l’écran trouve son public. Pour faciliter son appropriation, il est important d’utiliser des codes auxquels la plupart des clients sont habitués », souligne Armand Ménargues, directeur développement d’Addacom. Sur les écrans du rayon fruits et légumes, les icônes rappellent ainsi les boutons des balances de pesage. L’écran d’accueil fonctionne avec la même gestuelle que celle de l’iPad.

L’un des enjeux du numérique dans la ville réside dans l’utilisation du multi-écrans. « Comment va-t-on passer des petits écrans personnels à des écrans plus collectifs, que veut-on voir sur un grand écran, pouvoir récupérer comme information... ? On parle beaucoup de tactile et de 3D, mais tout ne se justifie pas. Danser devant un écran et se voir à l’intérieur relève sans doute du gadget. Il y a un gros travail d’écrémage pour imaginer ce qui sera utile demain », estime Norbert Maire, directeur de l’innovation du groupe Média Transports.Beaucoup d’opportunités et d’usages restent encore à explorer.
Certains panneaux digitaux peuvent changer de contenu en fonction de l’état émotionnel des passants. En Asie du Sud-Est, des écrans digitaux permettent déjà aux usagers du métro de faire des dons via les technologies NFC embarquées dans leurs téléphones mobiles...
Longtemps réticentes à installer des écrans sur l’espace public, les villes ne sont sans doute qu’à l’aube de leur mutation numérique. Au lieu de les assimiler à de la pollution visuelle, elles sont de plus en plus nombreuses à comprendre que ces écrans répondent aux demandes d’information du public et peuvent même se faire le relais efficace des services qu’elles mettent à disposition de citoyens de plus en plus connectés.

1- Médiamétrie / GfK, source : étude Référence des équipements multimédias.
l'écran géant de l'aéroport cdg, un espace unique de 39m2 pour les annonceurs © jc decaux
L'écran géant de Hyundai

Si la télévision continue de façonner les grands moments de la mémoire collective, les écrans géants qui retransmettent les événements sportifs ou culturels (opéras, fête de la musique…) génèrent aussi des expériences uniques pour le public. Près de 354 000 personnes sont venues regarder les 27 matchs de l’Euro 2012 sur le Fan Park installé par Hyundai devant la tour Eiffel. Pour le constructeur automobile, qui organise ces événements simultanément dans plusieurs pays et si possible dans des lieux emblématiques (la Porte de Brandebourg à Berlin, le Trocadéro à Paris…), les avantages sont multiples et partagés. « Les passionnés de foot apprécient de pouvoir passer un bon moment dans un environnement prestigieux. Nous avons pu mesurer leur intérêt via l’augmentation de nos fans sur Facebook. Cette opération d’image est bénéfique pour Hyundai mais aussi pour notre partenaire, la ville de Paris, car les images de l’écran devant la tour Eiffel ont fait le tour du monde », indique Patrick Gourvennec, directeur général de Hyundai Motor France.
Le mobilier urbain devient intelligent

Certains prototypes sélectionnés par la ville de Paris dans son appel à projet « mobilier urbain intelligent » (MUI) ont déjà été installés dans la capitale et sont en cours d’appropriation par les habitants et les visiteurs. L’Abribus JCDecaux concentre des bornes interactives donnant accès à différents services (connexion Wi-fi gratuite, prises pour recharger un téléphone mobile, petites annonces, fil d’infos, défibrillateur…) ainsi qu’un écran de 72 pouces qui diffuse des photos sur l’histoire de Paris « Sur l’espace public, l’appropriation des contenus devient collective dès lors que l’offre est différente de celle à laquelle on accède via son mobile », indique Albert Asseraf, directeur général stratégie, études et marketing du groupe.
14
JE ME CONNECTE OU M'ABONNE POUR ACCÉDER AUX CONTENUS ×
J'AI DÉJÀ UN ABONNEMENT POUR CE N°
E-mail

Mot de Passe


JE VEUX UN NOUVEL ABONNEMENT

Je peux accéder immédiatement à la suite de la revue digitale et recevrai mes revues papier par courrier.

Je pourrai accéder à la suite de la revue digitale après réception du paiement et recevrai mes revues papier par courrier.

J'accède à la version restreinte des contenus en mode « non abonnés »
version restreinte
JE ME CONNECTE OU M'ABONNE POUR ACCÉDER AUX CONTENUS ×
J'AI OUBLIÉ MON MOT DE PASSE
E-mail


JE VEUX UN NOUVEL ABONNEMENT

Je peut accéder immédiatement à la suite de la revue digitale et recevrai mes revues papier par courrier.

Je pourrai accéder à la suite de la digitale après réception du paiement et recevrai mes revues papier par courrier.

JE M'ABONNE, ME REABONNE OU COMMANDE UN SEUL N°
×
JE M'ABONNE
Vous aurez accès aux numéros 33,34,35,36
de la revue papier et leurs versions digitales
1 an - Envoi en France - 98 €
1 an - Envoi à l'Étranger - 129 €
1 an - Tarif Étudiant - 78 €
JE ME REABONNE
Vous aurez accès aux numéros 34,35,36,37 (+ 33 si PROMO) de la revue papier et leurs versions digitales
1 an - Envoi en France - 98 €
1 an - Envoi à l'étranger - 129 €
1 an - Tarif Etudiant - 78 €
PROMO : 5 nos - France - 49 €
Mon code promo :
VALIDER
L’abonnement démarre à réception du paiement.
JE COMMANDE UN SEUL N°
Numéros encore disponibles
No33 - Le Good - 29 €
No32 - Territoires - 29 €
No31 - Art de Ville - 29 €
No30 - Spécial 15 ans - 29 €
No29 - Sport - 29 €
No28 - Femmes engagées - 29 €
No27 - Les jeunes - 29 €
No26 - I.A. - 29 €
No25 - La pub TV - 29 €
No24 - Le Retail - 29 €
No23 - Les Français - 29 €
No22 - Entertainment - 29 €
No21 - Curiosite - 29 €
No20 - Emotion - 29 €
No19 - Transformation - 29 €
No18 - Inspiration - 29 €
No17 - Anthologie - 29 €
No16 - Vivre connecté - 29 €
No15 - Le Shopper - 29 €
No13 - L'Influence - 29 €
No11 - Le Futur - 29 €
No10 - La Ville - 29 €
No9 - Data - 29 €
No5 - Les Médias - 29 €
JE COMMANDE UN HORS-SERIE
Hors-série - Conversation - 29 €
Commande avec obligation de paiement

J'accepte les Conditions Générales de Vente
J'AI DÉJÀ UN COMPTE

INFORMATION FACTURATION
Nom*

Prénom*

Société

Activité de l'entreprise

Email envoi de facture*


Adresse*

Code Postal*

Ville*

Pays

Tel

Fax



JE VEUX CREER UN NOUVEAU COMPTE


INFORMATION FACTURATION
Nom*

Prénom*

Société

Activité de l'entreprise

Email envoi de facture*


Adresse*

Code Postal*

Ville*

Pays

Tel

Fax