ILLUSTRATIONS
d'Emmanuel Espinasse
Recherchons dirigeants optimistes pour époque de grands changements !
Par
Philippe GABILLIET
Pour ceux qui doivent faire tenir le cap au navire, politiques, entraîneurs sportifs ou dirigeants d'entreprise, fabriquer de l'optimisme responsable et entretenir les acteurs dans l'espérance de lendemains meilleurs, demeure au cœur de tout processus de mobilisation collective. _


















Qu’attendons-nous
de ceux qui nous dirigent ?
































Faire réussir une collectivité humaine































Le dirigeant optimiste
traque les petites victoires
































« Le succès c’est d’aller
d’échec en échec
sans perdre son enthousiasme »
Winston Churchill
Oui, l’optimisme du leader représente pour toute organisation humaine un vrai capital d’enthousiasme, de motivation et d’énergie ; un capital à protéger certes, mais aussi à faire fructifier. Ce que l'on recherche en période de changement, ce sont non seulement des hommes et des femmes optimistes par tempérament, mais surtout des hommes et des femmes capables d’instaurer avec les autres un mode de relation orienté sur une dynamique optimiste et positive. Le savoir-être rejoint ici le savoir-faire, à travers la mise en application de principes de comportements générateurs d’inspiration, d'énergie et d’enthousiasme.

La situation politique, économique et sociale actuelle génère beaucoup d’anxiété dans la vie d’un grand nombre de personnes. Accélération du monde et changements divers, perte des repères anciens et de la visibilité sur le futur, crainte de l’obsolescence des compétences et de la disqualification professionnelle, peur de l’imprévisible sous toutes ses formes, tels sont les ingrédients du doute et de la perte de confiance en soi et en la société, terrain d’élection du pessimisme collectif.

Face à cela, insérés dans un monde qui exige d’eux toujours plus de performance, qu’attendons-nous de ceux qui nous dirigent ? Sans doute trois choses assez simples en fait, mais dont le point commun sera toujours de nourrir la dynamique optimiste, que ce soit celle des individus ou des équipes.


Trois attentes vis-à-vis de nos dirigeants

1— En période d’incertitude, la première attente des acteurs sociaux concerne probablement la fourniture régulière par leurs dirigeants de preuves de sens, à savoir une émulsion subtile mêlant le rappel de la direction du changement (objectif, but, ligne de mire), l’utilité de ce qui leur est demandé (contribution) et la place occupée par eux, en tant que personnes, dans ce processus (reconnaissance).

2— La deuxième attente est aussi celle de marques de réassurance, que cette dernière porte sur la compétence du dirigeant lui-même ou sur la confiance qu’il ou elle met dans sa propre act