LES PETITS MIRACLES DU CERVEAU
JEAN-LOUIS PRATA
Illustrations • Amélie Barnathan
Quelle est donc cette cogitation qui génère la production, comme à notre insu, des idées, et pourquoi les marques feraient-elles bien de la cultiver ? Les sciences cognitives nous apprennent que rien ne vient ex nihilo et nous éclairent sur « l’inspiration », dont Valéry intuitionnait qu’elle est « l’hypothèse qui réduit l’auteur au rôle d’un observateur ».
 
Dans une économie globalisée, où les entreprises sont en concurrence avec le reste du monde, tout un chacun s’accorde à penser qu’il devient indispensable d’être créatif et d’innover pour se différencier, et proposer aux consommateurs des offres de produits et de services qui satisfassent au mieux leurs besoins et leurs aspirations. Or, dans un processus créatif, la maîtrise technique, l’analyse rationnelle structurée des besoins des consommateurs et même les méthodes structurées de créativité ne sont plus suffisantes. Il manque le « supplément d’âme » qui fera la différence et qui naît le plus souvent de l’inspiration.


L’INSPIRATION N’EST PLUS L’APANAGE DES ARTISTES

Lorsque l’on est confronté à l’envie ou la nécessité de réaliser une production artistique, de forger un concept nouveau ou de résoudre un problème inédit, l’inspiration « frappe » aux moments les plus inattendus, comme par exemple en plein milieu de la nuit, lors d’une promenade, sous la douche ou en montant une mayonnaise.
Si on est inspiré, on peut générer une masse d’idées étonnamment pertinentes en une brève période de temps. Ces expériences d’inspiration sont souvent ressenties comme hors du temps, transcendantes, comme si l’on était connecté à un flux cohérent de pensées et d’idées, au point que pendant longtemps l’inspiration est restée l’apanage d’explications spirituelles ou mystiques. On peut, bien sûr, en l’absence d’inspiration, utiliser des méthodes structurées pour initier des idées, les évaluer, résoudre des problèmes… On parvient de cette manière à produire des idées, mais qui ne seront pas aussi brillantes et élégantes que celles qui jaillissent lorsque l’on est inspiré.
Dans un processus créatif, la maîtrise technique, l’analyse rationnelle des besoins des consommateurs et même les méthodes structurées de créativité ne sont plus suffisantes. Il manque le « supplément d’âme » qui fera la différence et qui naît le plus souvent de l’inspiration.



UNE ATTITUDE « IDÉALE » OU L’IDÉE JAILLISSANTE

Lorsque l’on évoque l’inspiration, parler de l’objet qui provoque l’inspiration est plus aisé, plus immédiat. « Mon inspiration s’est toujours appuyée sur la réalité quotidienne, j’ai toujours été fidèle à mon temps, mon époque », témoignait Yves Saint Laurent pour signifier que l’état d’inspiration pour créer émergeait d’une « muse » qui n’était autre que la réalité quotidienne d’une époque dont il essayait de percevoir le sens. Chercher à comprendre les femmes et les hommes, leurs besoins et leurs aspirations, leur mode de vie, leurs préférences… ne donne pas le plan détaillé pour concevoir le produit ou service qu’ils apprécieront, mais constitue un terrain d’inspiration pour nourrir l’intuition ou l’imagination des designers et des marketers.
Mais l’inspiration est avant tout une attitude, une posture mentale synonyme de souplesse, d’aisance et de bon sens. Quand on est inspiré, on réutilise mieux ses diverses connaissances, on voit des liens entre les choses, les solutions arrivent toutes seules et, cerise sur le gâteau, on s’épanouit plus dans son activité. Soudain, de la masse informe et floue de nos pensées, de nos réflexions et de nos ressentis sur un sujet, les idées surgissent, en un éclair, comme venues de nulle part. Lumineuses, révélations claires qui expliquent comment nos pensées aux contours imprécis peuvent s’emboîter en un tout cohérent et pertinent par rapport au sujet qui nous intéresse.
Victor Hugo écrivait dans Choses vues « [qu’]une pensée contient toujours deux sortes de choses, celles qui y sont venues par inspiration, et celles qui y sont venues par alluvion » pour expliquer que l’inspiration est un processus qui dépasse la mobilisation et l’assemblage des idées et de pensées connues, ou de poncifs, et qui découle d’un véritable mécanisme complexe de création. D’où vient alors cette aptitude humaine à l’inspiration ?
Les états de créativité, mais aussi du bonheur, seraient induits par une synchronisation neuronale.



LES SCIENCES DU CERVEAU ET DE LA COGNITION


Nous pourrions suivre les recommandations de Roland Topor, artiste aux multiples facettes, qui a dû être bien inspiré pour mener de front ses activités artistiques éclectiques d’illustrateur, dessinateur, peintre, écrivain, poète, acteur, cinéaste et chansonnier. Il pensait qu’il « vaut mieux ne pas trop chercher à savoir d’où vient l’inspiration, sinon on devient systématique ».





Toutefois, comme l’inspiration ressemble plus à un processus d’émergence inconscient qu’à une méthode systématique consciente de production d’idées, il semble intéressant de décrypter ce processus d’émergence de l’inspiration. S’il se révèle quasiment impossible de montrer le cheminement intellectuel qui conduit à l’apparition d’une inspiration heureuse, il semble tout à fait possible d’identifier et de cultiver l’état d’esprit qui sous-tend l’aptitude à l’inspiration.
Chercher à comprendre les femmes et les hommes constitue un terrain pour nourrir l’intuition ou l’imagination des designers et des marketers.



Michel Bourguignon, chercheur au service de médecine nucléaire de la faculté d’Orsay, pointe que les états d’inspiration et de créativité, mais aussi du bonheur, seraient induits par une synchronisation neuronale : tout se passe comme si, soudain, les neurones se synchronisaient dans la transmission en pulsant à la même fréquence pour provoquer un « déclic créatif », qui sous-tend la capacité de notre esprit à reconnaître des formes très rapidement. Charles Limb, chercheur américain de l’université de San Francisco et musicien amateur, a étudié le cerveau de douze pianistes de jazz cherchant l’inspiration de leur improvisation dans des photos de visages exprimant une émotion, cela grâce à l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle. Il a mis en évidence que le cerveau n’est pas binaire, avec un mode « créatif » et un mode « non créatif », mais fonctionne avec un degré plus ou moins grand de créativité en fonction des situations. Les chercheurs ont alors constaté qu’une région du cerveau, le cortex dorso-latéral, se mettait « en veille » lors de l’expérience. Cette zone est notamment impliquée dans la planification et le contrôle du comportement.
Cela signifie, concrètement, qu’inspiration rime avec lâcher-prise : il s’agit d’accepter de ne pas maîtriser consciemment le cheminement de la réflexion sur le sujet pour laisser son esprit vagabonder autour de la question et du problème, sans jugement ni limite, et faire confiance à son intuition pour qu’émergent des idées.
Tout individu dispose de deux grandes façons d’appréhender une situation et le cerveau oscille entre les deux dans les situations rencontrées.



L’état d’inspiration qu’évoquent les artistes et les scientifiques est proche du « mode mental adaptatif » décrit par Jacques Fradin. Grâce aux sciences cognitives, on sait que tout individu dispose de deux grandes façons d’appréhender une situation et que le cerveau oscille entre les deux dans les situations rencontrées. En mode mental automatique, on applique des schémas de perception et d’action appris ou conditionnés face à une situation qui paraît simple et connue ; à l’inverse, en mode mental adaptatif, on crée de nouvelles perspectives et de nouvelles stratégies lorsque la situation est nouvelle et/ou complexe. L’imagerie cérébrale (utilisée en psychologie par Michael Posner et Olivier Houdé notamment sur les questions de l’attention) a, dès ses débuts, montré que les territoires antérieurs de notre cerveau – impliquant notamment le cortex préfrontal – étaient plus particulièrement activés lorsque nous étions en train de créer de nouvelles stratégies.
En revanche, au fur et à mesure qu’une tâche devient maîtrisée puis routinière, elle s’automatise et ce sont des territoires plus postérieurs, plus bas et anciens (du point de vue phylogénétique), qui sont activés de façon préférentielle. Le cerveau travaille à l’économie en recrutant des territoires plus spécialisés, localisés, limités, donc moins consommateurs de ressources… lesquelles restent ainsi plus disponibles pour faire face à l’imprévu.
Le cerveau travaille à l’économie en recrutant des territoires plus spécialisés, localisés, limités, donc moins consommateurs de ressources… lesquelles restent ainsi plus disponibles pour faire face à l’imprévu.



En étant plus attentif aux détails, le cortex préfrontal droit semble davantage impliqué dans la détection des informations inattendues ou dissonantes, alors que le gauche intervient plutôt dans la résolution de problèmes. À l’articulation entre les deux se situe le cortex orbitofrontal, qui intègre l’information de ces deux lignées. On comprend ainsi son rôle déterminant dans la prise de décision. Des chercheurs de l’université de Leipzig ont également montré que le cortex orbitofrontal joue un rôle dans la cohérence des jugements intuitifs. Le mode mental adaptatif sous-tendu par ces structures semble être un acteur déterminant dans la capacité que l’on a d’être inspiré.
Comme un muscle, le mode mental adaptatif peut être entraîné afin de le mobiliser plus facilement et volontairement, et donc multiplier les moments d’inspiration tellement utiles, productifs et agréables dans la création.





Pour favoriser l’activation de ce mode, on peut faire appel à un ensemble de techniques accessibles développé par Jacques Fradin que l’on appelle la Gestion des Modes Mentaux. Pour cela, il faut prendre conscience que le mode mental adaptatif comporte six dimensions complémentaires, six attitudes propices à l’innovation.

La Curiosité
Nus recherchons l’inconnu, l’aventure, l’exploration de sensations inhabituelles, surprenantes, l’imprévu devient plaisant. Nous observons les différences, percevons le monde comme une symphonie sans cesse renouvelée, imprévisible, qui ne joue jamais deux fois la même partition. Nous cherchons sans cesse à construire de nouvelles relations et faire évoluer celles qui se « routinisent », sortons de nos habitudes pour relancer le désir .

La Souplesse
Nous acceptons pleinement la réalité qui dérange, intégrons ce qui fait obstacle. Nous nous adaptons en temps réel à un monde en mouvement perpétuel. Nous sommes à l’écoute des signaux faibles annonciateurs de rupture et, lorsqu’il est trop tard pour gérer, nous sommes capables de prendre le flot submergeant et surfer, de laisser passer la vague, nous laisser emporter pour mieux ressortir plus loin. Nous rebondissons, tirons parti des événements plutôt que de les nier. Nous nous enrichissons des expériences, construisons des opportunités à partir de contrariétés ou d’échecs .

La Nuance
Nous sommes spontanément capables de sortir de visions simplistes et binaires (vrai/faux, bien/mal, beau/laid…) pour nuancer, préciser, percevoir la subtilité du réel, transcrire sa complexité et son caractère continu. Nous pouvons rester autant que nécessaire dans le flou qui précède la clarté. La simplification nécessaire à l’action efficace arrive seulement en fin de course .

La Relativité
Nous sommes à l’aise dans l’analyse multicritère, l’ancrage dans la complexité du réel, car nous sommes conscients que le monde est bien plus complexe que nos représentations, partielles et partiales, sans doute plus fausses que vraies, qui ne servent donc que d’outils provisoires, en attendant les suivants .

La réflexion
Nous préférons chercher à comprendre la cascade et l’interaction complexe des causes et des effets, garder un œil critique sur ce qui marche et avoir conscience que l’apparence est souvent trompeuse – avant de s’effondrer, un mur est toujours debout. Nous évitons de tout jeter dans ce qui a échoué sans en avoir compris le déroulement précis. C’est la traque des causes, pas des effets .

L’individualisation
Nous préférons savoir ce que nous pensons vraiment, au fond de nous, ce que nous croyons comme à peu près acquis et ce qui est plus incertain. Nous faisons nos choix en fonction de nos opinions, goûts, motivations, expériences, relations, sentiments que nous portons aux autres. Et alors seulement nous décidons, en accord avec nous-mêmes, prêts à assumer nos actes en nous détachant du regard des autres. Nous pouvons faire le tri entre le jugement émotionnel des autres et les faits, entre la loi du plus fort ou du conformisme, et la loi du droit, entre l’éthique et la morale.
Notre cerveau est capable d’adopter les attitudes décrites au-dessus, et donc de se mettre en « mode inspiration ». Dans ce mode, les différentes dimensions s’expriment de manière inconsciente, simultanée et parallèle. Ainsi émergent des idées intuitives qui ne viennent pas de nulle part, mais d’un vaste traitement d’informations complexes et hyper rapides, que notre cerveau réalise .
La souplesse, c’est savoir rebondir, tirer parti des événements plutôt que de les nier.



IL N’Y A PAS DE MIRACLE

Souvent, pour trouver l’inspiration, on va chercher hors de soi, des environnements, des activités, des objets ou des personnes inspirantes pour se stimuler ou stimuler ses équipes. Or, nous avons vu que l’inspiration s’apparentait avant tout à une posture, un état d’esprit, à l’intérieur de nous. Des techniques, comme la GMM, permettent le passage à ce mode adaptatif afin de développer sa propre capacité à le mobiliser à volonté, sans attendre que quelque chose advienne « par miracle ». Elles permettent également de mieux comprendre pourquoi l’on est parfois stressé et donc en panne d’inspiration, car inspiration rime avec sérénité.
Dans un environnement économique complexe et hyperconcurrentiel, où le taux d’échec des lancements de nouveaux produits atteint les 80 % dans certains secteurs, avoir des équipes inspirées dans ce qu’elles font apparaît comme un atout majeur. Dès lors, une entreprise qui souhaite réussir a tout intérêt à former ses professionnels de l’innovation, du marketing et du design à ces techniques, en d’autres termes à leur permettre de s’approprier les outils pour mieux imaginer les produits et services d’aujourd’hui et de demain.
Et comme l’inspiration doit être nourrie d’informations nouvelles, toutes les actions qui visent à mieux comprendre les besoins et attentes des consommateurs que l’on sert sont bienvenues et source de progrès*.

*Nos équipes de chercheurs contribuent à une initiative innovante pour mieux comprendre les consommateurs dans le cadre de l’étude Novaconso (http://www.novaconso.co/), à laquelle peut participer toute personne intéressée…
JEAN-LOUIS PRATA
Directeur innovation de l’Institut de Médecine Environnementale et de l’Institute of NeuroCognitivism, il conçoit, avec une équipe interdisciplinaire, des méthodes et outils issus des neurosciences cognitives. Neurocognitivisme.org
 
ABONNEZ-VOUS À LA REVUE
SOMMAIRE
FERMER
S'ABONNER À LA REVUE INFLUENCIA

Je peux accéder immédiatement à la revue digitale et recevrai mes revues papier par courrier.

Je pourrai accéder à la revue digitale après réception du paiement et recevrai mes revues papier par courrier.
JE ME CONNECTE OU M'ABONNE POUR ACCÉDER AUX CONTENUS ×
J'AI DÉJÀ UN ABONNEMENT POUR CE N°
E-mail

Mot de Passe


JE VEUX UN NOUVEL ABONNEMENT

Je peux accéder immédiatement à la suite de la revue digitale et recevrai mes revues papier par courrier.

Je pourrai accéder à la suite de la revue digitale après réception du paiement et recevrai mes revues papier par courrier.

J'accède à la version restreinte des contenus en mode « non abonnés »
version restreinte
JE ME CONNECTE OU M'ABONNE POUR ACCÉDER AUX CONTENUS ×
J'AI OUBLIÉ MON MOT DE PASSE
E-mail


JE VEUX UN NOUVEL ABONNEMENT

Je peut accéder immédiatement à la suite de la revue digitale et recevrai mes revues papier par courrier.

Je pourrai accéder à la suite de la digitale après réception du paiement et recevrai mes revues papier par courrier.

JE M'ABONNE, ME REABONNE OU COMMANDE UN SEUL N°
×
JE M'ABONNE
Vous aurez accès aux numéros 29,30,31,32
de la revue papier et leurs versions digitales
1 an - Envoi en France - 98 €
1 an - Envoi à l'Étranger - 129 €
1 an - Tarif Étudiant - 78 €
1 an - CODE PROMO
Mon code promo :
VALIDER
L’abonnement démarre à réception du paiement. À échéance, votre abonnement sera renouvelé automatiquement, sauf avis contraire de votre part. Un avis de renouvellement vous sera envoyé un mois avant la fin de votre abonnement.
JE COMMANDE UN SEUL N°
Numéros encore disponibles
No29 - Sport - 29 €
No28 - Femmes engagées - 29 €
No27 - Les jeunes - 29 €
No26 - I.A. - 29 €
No25 - La pub TV - 29 €
No24 - Le Retail - 29 €
No23 - Les français - 29 €
No22 - Entertainment - 29 €
No21 - Curiosite - 29 €
No20 - Emotion - 29 €
No19 - Transformation - 29 €
No18 - Inspiration - 29 €
No17 - Anthologie - 29 €
No16 - Vivre connecté - 29 €
No15 - Le Shopper - 29 €
No13 - L'Influence - 29 €
No12 - Le Design - 29 €
No11 - Le Futur - 29 €
No10 - La Ville - 29 €
No9 - Data - 29 €
No5 - Les Médias - 29 €
JE ME REABONNE
Vous aurez accès aux numéros 30,31,32,33
de la revue papier et leurs versions digitales
1 an - Envoi en France - 98 €
1 an - Envoi à l'étranger - 129 €
1 an - Tarif Etudiant - 78 €
JE COMMANDE UN HORS-SERIE
Hors-série - La conversation - 29 €
Commande avec obligation de paiement
J'AI DÉJÀ UN COMPTE

INFORMATION FACTURATION
Nom*

Prénom*

Société

Activité de l'entreprise

Email envoi de facture*


Adresse*

Code Postal*

Ville*

Pays

Tel

Fax



JE VEUX CREER UN NOUVEAU COMPTE


INFORMATION FACTURATION
Nom*

Prénom*

Société

Activité de l'entreprise

Email envoi de facture*


Adresse*

Code Postal*

Ville*

Pays

Tel

Fax