AccueilETUDESÇA REPRéSENTE QUOI LE FITNESS EN FRANCE ?

Ça représente quoi le fitness en France ?


Publié le 19/04/2017

Image actu

Ils sont nombreux à se trémousser sur ce descendant direct de l’aérobic. Tellement nombreux que l’on peut désormais parler de phénomène de société rythmé par une véritable économie. Et ils sont tellement nombreux à pratiquer de la gym tonique baptisée aujourd’hui fitness que Deloitte et EuropeActive en ont fait une étude. Précisions par les protagonistes…

 

Alors que l’Organisation mondiale de la santé recommande 150 minutes d’activité sportive hebdomadaire pour être en bonne santé, les Européens sont légions à se tourner vers le fitness. Dans ce contexte, Deloitte et EuropeActive dévoilent le 4ème opus de leur étude dédiée au marché de la santé et du fitness en Europe.

 

Ce rapport dresse un état des lieux des principaux marchés européens du fitness, des enseignes majeures, des récentes fusions-acquisitions, ainsi qu'un aperçu des plus importants équipementiers mondiaux :

 

- 56,4 millions d’européens sont membres d’un club de fitness, en augmentation de 4,4% entre 2015 et 2016

 

- en 2016, le chiffre d’affaires des clubs de fitness en Europe s’est élevé à 26,3 milliards d’euros, en augmentation de 3,1% par rapport à 2015

 

- le Top 30 des enseignes européennes de fitness représente 12,7 millions de membres, soit 22,5% de l’ensemble des adhérents en Europe

 

- la France dénombre 4 000 clubs de fitness parmi les 54 710 clubs en Europe

 

- en France, le prix de l’abonnement mensuel moyen a diminué de 41,80€ en 2015 à 41€ en 2016

 

- top 3 des acteurs français en nombre de clubs : L’Orange Bleue (368 clubs), Groupe Moving (200 clubs) et Keep Cool (168 clubs)

 

- en 2016, l’activité de fusions-acquisitions sur le marché du fitness est restée élevée : 17 opérations se sont déroulées, dont notamment l’introduction en Bourse de Basic-Fit

 

 

L'Europe : 1er marché de la santé et du fitness devant les Etats-Unis

 

En 2016, le marché européen du fitness a continué de croître fortement, avec 56,4 millions d’adhérents, soit une augmentation de 4,4% par rapport à 2015. Cette croissance s'explique principalement par le succès des offres low cost et par le fort développement des concepts dits de « boutique fitness » au sein desquels une seule discipline est pratiquée. Avec 10,1 millions de membres, l'Allemagne a renforcé sa position de pays ayant le plus haut niveau d'adhésions, elle est suivie par le Royaume-Uni (9,25 millions) et la France (5,46 millions).

 

Top 5 des marchés européens du fitness par nombre d’adhérents 


 

Avec un chiffre d’affaires de 26,3 milliards d'euros en 2016, l'Europe se positionne comme le premier marché de la santé et du fitness, devant les États-Unis (23,3 milliards d'euros en 2015). La Royaume-Uni (5,10 milliards d’euros), l’Allemagne (5,05 milliards d’euros) et la France (2,46 milliards d’euros) sont les pays européens ayant le plus important chiffre d’affaires.

 

 

Le fitness low-cost domine le marché français

 

8,2% de la population française est inscrite dans l’un des 4000 clubs de l’Hexagone. En même temps que le nombre d’adhérents a augmenté de 5%, le prix de l’abonnement mensuel moyen est passé de 41,80€ en 2015 à 41€ en 2016. Cette diminution s’explique principalement par le développement des acteurs low-cost et lower-medium tels que l’Orange Bleue, Keep Cool, Magic Form et Basic-Fit. Ils ont ouvert 145 clubs en 2016 et possèdent un total de 649 clubs sur l’ensemble du territoire à fin 2016.

 

En 2016, le secteur a connu également une augmentation à la fois du nombre d’enseignes premium et des concepts dits de « boutique fitness », qui reposent sur une seule activité tels que le fonctional training (ex : le CrossFit), les cours particuliers, le Pilates ou le yoga. En outre, alors que la majorité des clubs français appartient à des entrepreneurs indépendants, le marché se caractérise aussi par un nombre important de franchises : dans le Top 10 des principales enseignes de fitness, 9 sont des franchises.

Commentez





Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR