AccueilLA CONFIANCEL’AVENIR DES PLATEFORMES SOCIALES EST à L’EXPéRIENCIEL

L’avenir des plateformes sociales est à l’expérienciel


Publié le 05/03/2020

Image actu

En ce début d’année 2020, l’écosystème des plateformes sociales continue de s’enrichir avec l’émergence de TikTok qui affine d’ores et déjà ses « incisives » en France, ou encore Byte décrit comme « le nouveau Vine » . Ismaël Semani, directeur social media chez iProspect propose sa vision d’expert sur l’avenir des marques au sein des plateformes sociales.

 

 

Les marques sont tout feu tout flamme lorsqu’il s’agit d’évoquer leurs performances sur les plateformes sociales. Et pour cause, c’est le chiffre mirobolant de 60% de la population française qui est présente sur les médias sociaux selon le Digital Report 2020, couverture portée principalement par Facebook, Snapchat et Instagram. Il y a de quoi pavoiser. C’est que, ce qui n’était il y a dix ans, au tout début de l’exploitation de cette manne, un simple contenu photo et texte réduisant la teneur des messages publicitaires adressés, a permis ces dernières années avec l’arrivée des stories, de la vidéo, de la réalité virtuelle et du développement des messageries, d’adresser tout type de message en exploitant la diversité des plateformes . « Aujourd’hui, on ne parle plus de simplement suivre des marques sur les réseaux sociaux, mais bien de média de masse et d’expériences sociales. De ce fait nous pouvons répondre aux principaux enjeux des marques » rappelle Ismaël Semani, « tendance qui permet aux clients d’iProspect et du groupe Dentsu Aegis Network de poursuivre leurs investissements toujours en croissance sur le Social, sans coup férir ». Alors si la plateforme Facebook est déjà très mature, la compagnie Facebook doit conserver un coup d’avance là où certains annonceurs ont tendance à plafonner leurs dépenses en 2020, « la plateforme la plus mature a permis de faire évoluer son offre auprès des plus jeunes via l’acquistion d’Instagram qui porte une part importante de la croissance en termes d’utilisateurs et de revenus publicitaires. Nous attendons également avec impatience les solutions publicitaires sur Whatsapp dont le potentiel est énorme ».

 

 

Le marché arrive à maturité

 

Un marché mature qui induit un besoin de nouveaux réflexes de la part des annonceurs qui doivent s’adapter aux codes liés aux évolutions de consommation des messageries, le micro-blogging, la vidéo, les stories. Ces innovations enrichissent les expériences et permettent à de nouveaux utilisateurs de se répartir sur les différentes offres, d’autant que les ADN des plateformes sont bien distinctes. Ainsi un Tik Tok adresse à la perfection des 13- 24 ans, Instagram et Snapchat les 13-34 ans , un Facebook est aujourd’hui sur une moyenne utilisateur de 41 ans, tandis qu’un Pinterest va plutôt intéresser des audiences en quête de projets de vie et d’inspiration.

 

« Ce qui est passionnant » poursuit Ismael Semani, « c’est l’évolution de l’approche que nous avons au regard de de ces plateformes dont l’innovation est vitale. Pour ces acteurs majoritairement côtés en bourse, stagner n’est pas une option ! Cette maturité nous permet de faire évoluer nos stratégies et nous adresser à des cibles matures, sur des plateformes matures, rendant notre métier hautement intéressant, le terrain de jeu est sans fin ».

 

 

Comment faire émerger les marques… ?

 

Comment faire émerger les marques au milieu de cette masse d’informations ? «Tout notre travail consiste à proposer sans imposer les messages publicitaires.. Sur des environnements principalement Mobile où le temps d’attention est très bas, nous partons du principe qu’il faut être affinitaire et avoir un message impactant. L’affinité via la pertinence de la Data est un enjeu fort passant par un mix de données de l’annonceur, les ciblages des plateformes et l’enrichissement de signaux comportementaux frais. Les récents scandales associés en plus de cela à la mise en conformité avec la RGPD nous obligent à être vigilants sans que cela ne soit un frein ».

 

 

Le futur des plateformes ?

 

Que faut-il attendre de ces plateformes au-delà de 2020 ? Ismaël Semani ne s’aventure pas, mais aime à penser que l’avenir est au-delà du réseau social que l’on connaît avec l’intégration de plus de services. « Nous avons de très belles années devant nous sur l’aspect expérientiel, notamment grâce à la réalité virtuelle et la réalité augmentée. Pour les fêtes de fin d’année nous avons, avec Conforama, proposé 3 décors de Noël en réalité augmentée à tester directement dans votre salon. Cela est encore aux prémices, nous pouvons imaginer ne plus passer son dimanche après-midi en périphérie, avoir accès au catalogue et le projeter directement chez soi. De même, essayer un rouge à lèvres ou des lunettes de soleil de marques depuis votre canapé à n’importe quelle heure est déjà quelque chose de disponible. Le focus mis sur les solutions de paiement directement depuis les plateformes Social permettra de réduire la friction liée au Shopping en ligne et c’est un enjeu business très fort pour les marques. . Bref, le monde évolue et le Social est un acteur majeur du présent et du futur ».

 

 

Quid des données personnelles...

 

Enfin la problématique centrale à considérer est celle des données personnelles. Personne ne veut d’un nouveau Cambridge Analytica. « Facebook vient de permettre à ses utilisateurs d’avoir accès aux données personnelles collectées par les sites web et autres applications, et pourront les supprimer s’ils le souhaitent », conclue le directeur social media de iProspect. Chacun essaye de se mettre en conformité et d’avoir une policy digne de ce nom. Surtout lorsque l’on s’appelle Tiktok et que l’on adresse en partie des adolescents…


Commentez




Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR