AccueilIN AFRICAAFRIQUE SUB-SAHARIENNE : LA CONSO MéDIAS DES FEMMES AFRICAINES

Afrique Sub-saharienne : La conso médias des femmes africaines


Publié le 09/03/2017

Image actu

Quels médias les femmes de 7 pays d’Afrique sub-saharienne consultent-elles et comment les consomment-elles ? Début de réponse avec l’infographie réalisée par Kantar TNS à partir de son étude Africascope 2016. Précieux pour valoriser son support ou optimiser ses investissements publicitaires.

 

La cuisine (69%), la musique (64%), les séries (56%), la famille/couple (53%) et la mode/beauté (51%) sont les sujets qui intéressent les femmes de l'Afrique sub-saharienne dans les médias. Un classement issu d’Africascope 2016, étude de Kantar TNS qui couvre 7 pays de cette partie du continent (*). Des thématiques classiques et dont la hiérarchie révèle des femmes partagées entre le rationnel et le divertissement. Ne faisant pas état de leur intérêt pour des thématiques comme l’économie ou la politique. Sûrement en raison des -encore- très nombreux programmes de grande écoute se focalisant sur les rôles traditionnels de la femme, gommant ainsi une représentation plus juste de la diversité de la vie des femmes et de leur contribution à la société.

 

C’est dire si les médias ont un rôle à jouer pour promouvoir la femme et son image autrement. Une démarche qui passe par un journalisme (hors postes de présentatrice et d’animatrice) qui se féminise, mais encore trop à pas mesuré non seulement en raison des préjugés, de la misogynie et de l’accès à l’éducation et à la formation mais aussi parfois à cause des concernées qui s’auto censurent.

 

 

38% d'internautes féminines

 

Néanmoins en tant que téléspectatrices et auditrices, elles sont 89% à tourner le bouton de la télévision pour une moyenne quotidienne de 4h02 minutes, et 58% celui de la radio pendant en moyenne 1h16 minutes par jour (contre 67% des individus de 15 ans et plus interrogés). Tandis qu’en moyenne, 90% des individus de 15 ans et plus regardent chaque jour la télévision (environ 3,5 chaînes) soit : 15,1 millions de téléspectateurs. La part des personnes qui regardent la télévision quotidiennement, est globalement stable dans chacun des pays étudiés et oscille entre 88% au Burkina Faso et 92% au Gabon. D’autre part, la durée d'écoute moyenne quotidienne par individu est de 4 heures, soit une progression de 28 minutes par rapport à la précédente vague. Elle augmente notamment très fortement à Kinshasa où le nombre de chaînes reçues est supérieur à 100 pour près d'un tiers des personnes.

 

Pour la radio, la part des auditeurs quotidiens au total est moins homogène d'un pays à l'autre par rapport à la télévision : au Cameroun moins d'une personne sur 2 écoute tous les jours au moins une radio. Ils sont près de 9 sur 10 au Mali et au Burkina Faso, où la part d'auditeurs radio est aussi élevée que la part de téléspectateurs quotidiens. Ce sont aussi les 2 pays qui affichent les durées d'écoute radio les plus élevées, respectivement 2h52 et 2h28. En outre, sur le périmètre Africascope, les stations de radios africaines atteignent une part d'audience moyenne de 80% (variant de 51% au Gabon à 91% au Sénégal). Quant aux radios Internationales, RFI concentre à elle seule l'essentiel des parts d'audience.

 

Enfin, du côté d’Internet, les femmes sont 38% à surfer sur la toile soit via leur téléphone mobile (80%), l’ordinateur portable (13%), l’ordinateur fixe ou la tablette (8%) mais aussi via la Smart TV2% et autres 8%. Quant aux réseaux sociaux si 19% d’entre elles ont un compte Facebook, 3% sont séduites par Instagram et Twitter. Des résultats encore balbutiants, mais cette introduction des nouveaux canaux de communication grâce aux nouvelles technologies sont une véritable ouverture sur le monde pour celles et ceux qui les consomment. Tout en offrant aux émetteurs la possibilité de faire bouger les lignes en faveur de la femme en en Afrique ou sur d’autres sujets.

 

(*) Burkina Faso, Cameroun, Côte d'Ivoire, Gabon, Mali, République Démocratique du Congo (ajoutée cette année), Sénégal, l'ensemble représentant 16,8 millions d'individus âgés de 15 ans et plus.

 

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI




Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR