Mahesh BHATT : " Je suis la culture "


Publié le 14/11/2012

Image actu

 

 

La culture / l’imagination créative vous donne-t-elle une raison d’espérer ?


L’homme vit dans l’espoir et meurt dans l’espoir. La dure réalité, c’est qu’il n’y a là aucune oasis, la race humaine est bloquée face à un mirage. La culture est un mirage et tout naît de la frustration... Que pouvons-nous espérer que nous n’ayons pas déjà ? Un meilleur futur ? Un monde libéré du conflit, de la misère, de la souffrance ? La culture peut-elle créer un tel monde ? L’homme peut-il imaginer ? Les 10 000 dernières années de l’histoire de la culture humaine, de l’imagination humaine qui se lit sur la surface de notre planète. Dîtes-moi, en tenant compte de cette histoire, aurait-on raisonnablement pu espérer un résultat différent ?

 

La culture, comme toute autre chose, est une question de définition. Les différents pouvoirs en place dans l’Histoire, qu’ils aient été religieux, politiques ou économiques ont généralement maintenu un monopole sur la création et l’application des différents systèmes de définitions dans lesquels nous vivons. En ce sens, pourquoi attendrions-nous d’une culture née dans de tels systèmes qu’elle nous conduise dans un monde différent du nôtre ?

 

Et pourtant, à l’inverse, si l’on regarde la culture ou le potentiel de l’imagination humaine davantage comme un moyen d’imaginer de nouvelles définitions ou de nouveaux modes de compréhension, alors elle offre peut-être un petit peu « d’espoir ». Mais pas d’espoir pour un monde moins douloureux, ou moins destructeur. Qui peut dire si l’inconnu nous offre autre chose que l’abysse que notre histoire a connu ? Mais si de véritables instances d’imagination peuvent nous projeter dans l’inconnu, ou peuvent nous y faire entrer, alors il y a peut-être une chance, ou un espoir, qu’une puissance trouve un moyen de s’exprimer au-delà des structures archaïques et peu solides de l’esprit humain.

 

 

Qu’est-ce qui l’incarne le mieux ?


Nous incarnons tous la culture. Le monde que nous voyons et le corps que nous sentons et touchons ne sont pas différents. Ce sont des structures qui nous ont été transmises à travers d’innombrables générations, des idées qui insèrent nos expériences dans les schémas à travers lesquels d’innombrables vies sont déjà passées. Si les cultures des sociétés qui nous ont précédés sont sorties d’un individu, alors l’organisme vivant qui se trouve derrière peut commencer à s’épanouir. Une telle personne n’est pas et ne peut pas faire partie du système de valeurs de la société.

 

Nous regardons désormais la culture comme une allusion, un lointain parfum du salut que nous cherchions autrefois dans la religion. Et comme nous ne l’avons pas trouvé dans les temples et églises chargés d’encens, nous ne le trouverons pas dans les musées, les cinémas, les galeries ou les salles de spectacle. Cette recherche d’une forme de salut n’est rien d’autre que la culture elle-même qui suit son cours dans nos vies. Nous ne nous rendons pas compte que c’est cette culture qui étrangle notre énergie vitale, l’empêchant de s’exprimer. L’énergie vitale ne peut jamais être « incarnée », ni contrôlée. Elle écrase et démolit les barrières qui l’entourent.

 

 

A propose de Mahesh BHATT


Mahesh Bhatt a réécrit plusieurs règles pour les enfreindre dans la foulée. Non conventionnel et rebelle, son film novateur ARTH (1982) a été un succès critique et commercial, présentant l'infidélité et le mariage de façon brute et réaliste. Après avoir réalisé plus de 50 films, pour lesquels il a remporté de nombreuses récompenses, il est aujourd'hui le président de Vishesh Entertainment, une entreprise produisant trois films par an. Il écrit aussi des livres, des scénarii. Engagé dans la production de documentaires et dans le soutien de causes lui tenant à cœur, il a écrit trois livres, le dernier s’intitule A Taste of Life.

 

 

 

Présentation du Forum d'Avignon :


Le Forum d’Avignon a pour objectif d’approfondir les liens entre les mondes de la culture et de l’économie en proposant des pistes de réflexion au niveau international, européen et local. Créé après la ratification de la Convention de l’UNESCO sur la diversité culturelle et soutenu dès l’origine par le Ministère de la Culture et de la Communication, le Forum d’Avignon organise chaque année, avec ses partenaires, des rencontres internationales qui sont l’occasion de débats inédits entre les acteurs de la culture, des industries de la création, de l’économie et des médias. La prochaine édition aura lieu du 15 au 17 novembre.

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI




Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR