Woolworths chasse la hantise du frigo vide


Publié le 05/06/2013

Image actu

 

 

« Nous savons à quel point il est contraignant après des vacances familiales ou un voyage d’affaires, de devoir aller au supermarché faire ses courses ». Kate Langford possède un diagnostic aussi pertinent que le service conçu en réponse à ce problème par Woolworths, dont elle cornaque le développement des activités en ligne. Le « Click, Fly & Collect », disponible depuis le 15 mai à l’aéroport de Melbourne, est désigné par le CEO de la marque comme « une première mondiale ».

 

Concrètement, l’innovation est simple comme un bonjour australien, le fameux « G’day mate ». Dans les sept jours précédents votre vol vers Melbourne, vous vous rendez sur l’application dédiée et faites vos emplettes en ligne, comme sur n’importe quelle autre plate-forme d’e-commerce. Une fois atterri et récupéré vos bagages, vous pouvez aller prendre vos sacs à la sortie du terminal adjacent au Park Royal Hotel. Il est même possible, tout simplement, de  presser sur le bouton d’une borne pour que vos achats soient livrés dans la voiture, le tout sans que cela ne coûte le moindre centime en plus.

 

« Cette innovation permet à nos consommateurs de passer moins de temps dans nos rayons afin de mieux se consacrer à d’autres obligations, ou des hobbies plus attractifs », reconnaît Kate Langford, qui pour résumer le produit d’appel de son nouveau service évoque « le repos de l’esprit quand on sait qu’on n’a pas à se soucier d’un frigidaire vide en rentrant chez soi ».

 

 

 

 

Un test de six mois

 

Ouvert de 9h00 à 21h00, le « Click, Fly & Collect » ne profite pas seulement aux voyageurs, mais également aux 14 000 employés de l’aéroport. Pour ceux dont l’avion s’est posé en retard sur le tarmac, une livraison à domicile ou une autre alternative sera mise en place, précise Woolworths dans son communiqué de presse. Le plus grand réseau australien de distribution a d’ores et déjà annoncé qu’il allait tester le service pendant six mois avant de décider ou non de l’étendre à d’autres aéroports.

 

Dans les colonnes de l’Herald Sun - le quotidien de la deuxième agglomération urbaine du pays, une consommatrice estime que « s’il est rapide de se rendre sur le lieu de livraison et facile de récupérer les courses », alors oui elle utiliserait régulièrement le service. Avec une croissance annuelle s’élevant à 50%, l’achat en ligne constitue pour Woolworths une mine d’or à explorer avec la meilleure pertinence.

 

Benjamin Adler / @BenjaminAdlerLA 

Rubrique réalisée en partenariat avec Uniteam

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI




Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR