Coca loves us

Publié le 01/01/1970

 

 

Un très beau coup de com' pour une marque souvent accusée de tous les maux et montrée récemment du doigt il y a un mois, par un reportage sur France 2 peu complaisant à son égard ? Une marque  qui, il n'y a pas si longtemps -il ne faut pas l'oublier- menaçait  de suspendre son investissement de 17 millions d'euros prévus dans les Bouches-du-Rhône en réponse à la taxe sur les sodas proposée par  le gouvernement Fillon...

 

Citizen washing ? Ou volonté réelle de Coca de s'engager et d'aider le monde dans lequel elle vit? Un peu des deux mon Général. Déclarer son amour pour notre beau pays ne fera pas de mal à l'image et aux profits du géant des sodas ! Mais il n'en reste pas moins vrai que les marques sortent de plus en plus de leur rôle traditionnel, associent performance économique, implication sociétale et politique. Lorsque Ben & Jerry's soutient les Indignés, ou quand Starbucks lance « Create Jobs for USA » et transforme ses restaurants en pôle emploi outre-Atlantique, les rois de la glace et du café ne le font pas par philanthropie, mais tout simplement pour répondre aux désirs des consommateurs.  Des consommateurs qui sont aussi des citoyens.

 

La dernière étude annuelle Edelman GoodPurpose sur les comportements des consommateurs face aux engagements sociétaux des marques révèle que 90 % des Français estiment que les entreprises devraient accorder autant d’importance aux intérêts sociétaux qu’à leur business, sentiment partagé au niveau mondial à 87%. 78% de nos compatriotes pensent également que les entreprises ont un rôle à jouer dans la prise en charge des questions sociétales. Mais 38% seulement sont satisfaits de leurs performances actuelles.


La route est longue à parcourir. Coca espère bien être en pôle position.

 


Isabelle Musnik

 

 

*  Lettre de Coca-Cola à Arnaud Montebourg - Le Monde

Commentez



VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI

Abonnez-vous à la revue

RECHERCHER PAR