Instagram et Polaroïd : pour le meilleur et pour le pire !


Publié le 06/03/2013

Image actu

 

Polaroid était en termes d’usage une sorte d’Instagram dans une époque sans internet: on shootait et on éditait en temps réel sur papier glacé, pour partager une situation avec sa communauté immédiate du moment, souvent dans la même pièce. L’occasion de joyeuses exclamations collectives !

 

Dans un monde ubimedia, on pourra désormais non seulement réitérer cet usage d’antan, du partage ici et maintenant (avec un léger différé temporel, le temps d’apposer ses filtres), mais aussi d’en élargir l’usage, via les réseaux sociaux, à sa communauté d’instagramers et ses proches. Plus de précisions ici


Tout repose sur l’idée de rendre la sortie papier communiquante, en lui permettant d’être cliquable, rééditable et/ou partageable (via un QR code par exemple sur le verso du cliché papier)… et même mieux en lui faisant raconter une histoire: la date, l’heure, les gens présents, les #tags, les commentaires associés, le lieu mappé,…

 

Et d’un seul clic (clac !) que d’idées créatives en perspective! Comme l’organisation d’évènements où l’on collerait sur un mur les photos (une forme de wall instant polaroid vivant) dans le cadre d’une «opé» en magasin avec leur pendant immédiat en ligne…

 

Digit the world and world the digit, la boucle est bouclée!

 

François VERRON 

@dseeder  / dseeder.com

 

Présentation sans son de ce futur bijou ( en vente début 2014)

 


Commentez





Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR