AccueilL'OBSERVATOIRE INFLUENCIACONNAISSEZ-VOUS LA THéORIE DES ARCHéTYPES ?

Connaissez-vous la théorie des Archétypes ?


Publié le 09/07/2017

Image actu

Le succès de Game of Thrones repose-t-il uniquement sur une histoire haletante faite d’incessants rebondissements ? Pas seulement. Il faut aussi chercher du côté des personnages qui ont fait le succès de cette série iconique…

 

Les créateurs de la série, David Weiss et David Benioff, se sont inspirés des héros des livres de George R.R Martin mais ils ont réussi à s’en éloigner pour donner vie à leurs personnages. Comme tous bons auteurs, ils ont travaillé à l’aide d’Archétypes, ces modèles mythiques présents dans l’inconscient collectif des peuples du monde entier. Les Archétypes sont utilisés pour créer des personnages forts que nous pouvons comprendre intuitivement. Carl Jung définit douze archétypes qui symbolisent les motivations fondamentales de l’homme. Chaque type présente un ensemble de valeurs, de significations et des traits de personnalité. Les voici :

 



Bien entendu, nul n’est un pur Archétype, créer un personnage crédible nécessite une certaine profondeur – tout comme la création d’une personnalité de marque d’ailleurs. On peut donc appliquer les théories de Jung de façons combinatoire : une personnalité plus subtile & plus profonde sera composée d’un Archétype PRIMAIRE & d’un Archétype SECONDAIRE.

 

Nous avons appliqué cela à certains personnages emblématiques de la dernière saison de GoT et avons ainsi mieux compris leur personnalité et surtout, expliqué l’évolution qu’elle a pu subir au fil des saisons. Il est bluffant de constater à quel point ces types de personnalités (plus théoriques) collent aux personnages, et au récit. Décryptage de la personnalité de vos personnages favoris grâce à la théorie des Archétypes de Jung. Vous pensez que vous savez tout ? Comme le dit Ygritte, ‘Tu ne sais rien Jon Snow.’…

 

 

Un nouveau féminisme

 

Au fil des saisons, la place des femmes dans la série a radicalement changé : elles sont passées du statut de victimes (dans les premièressaisons) à celui de forces dominantes (la saison 6 comme apogée du Matriarcat).

 

La personnalité de Sansa en est la parfaite incarnation : tout d’abord perçue comme une combinaison de la Femme Ordinaire et de l’Innocent, soit l’Ingénue - un personnage essentiellement naïf - elle devient au fil des épisodes une Créatrice/Souveraine ce qui fait d’elle la Manipulatrice, la véritable meneuse du jeu. Elle maîtrise désormais son destin et a vocation à tirer les ficelles de l’intrigue. L’évolution réaliste de sa personnalité est liée à ses déconvenues plus ou moins traumatisantes (et dans GoT, c’est TOUJOURS plus que moins). Elle atteint son paroxysme lorsqu’elle se venge de son mari sadique, Ramsay Bolton. Son rapprochement avec Littlefinger, personnage machiavélique s’il en est, est d’ailleurs significative.

 

Daenerys s’est affirmée progressivement comme une souveraine légitime de Westeros, ce qui lui a permis de passer d’une combinaison Hors-la-loi/Magicienne, soit la Disruptrice, à celle de la Leader Magnétique (Souveraine/Séductrice) mettant en avant un côté sensuel indéniable qui fait son effet sur tous les personnages de la série (quel que soit leur sexe d’ailleurs).

 

Daenerys incarne un nouveau féminisme que ne renierait pas Emily Ratajkowski : ses scènes de nu sont extrêmement fortes. Par sa sensualité, le personnage affirme sa puissance, comme par exemple dans la scène de l’incendie de la tente des Khals, ne laissant aux Dothrakis que le choix de s’incliner devant elle.

 

 

Dans les deux cas, l’Archétype du Souverain apparaît.

 

 

Les jeux de miroirs

 

Les Archétypes nous permettent de comprendre la formation de certains duos de personnages qui, à première vue, nous semblaient incongrus ou artificiels et qui, au final, ont gagné une grande popularité auprès du public. L’association d’Archétypes similaires met en évidence une réciprocité qui fonctionne à merveille.

 

Ainsi le duo constitué du Limier et d’Arya procède d’Archétypes complémentaires : Le Limier possède les deux dimensions de Hors-la-loi et d’Explorateur, ce qui fait de lui le Casse-cou, tandis qu’Arya devenue Exploratrice et Hors-la-loi représente la Pionnière. Les deux personnages ont donc bien les mêmes dimensions mais à l’ordre inversé, ce qui en fait des personnalités très complémentaires.

 



Qui gouvernera Westeros ?

 

Le cœur de l’intrigue repose sur l’accession au trône de fer : qui régnera sur Westeros ? Plusieurs personnages ont donc, en toute logique, l’archétype principal du Souverain. Ce sont les archétypes secondaires de ces personnages qui permettent au spectateur de les départager et de souhaiter (ou non) leur accession au trône.

 

Ainsi, Cersei Lannister et Daenerys Targaryen peuvent gagner la préférence du public grâce à leurs archétypes secondaires respectifs. Comme nous l’avons vu, Daenerys présente une combinaison de Souveraine/Séductrice, la Leader Magnétique qui sait jouer de son côté sensuel. Tandis que Cersei est plutôt Séductrice/Souveraine (tiens, un autre parallèle… étonnant, non ?) ce qui correspond à la personnalité du Sex Symbol utilisant ses charmes pour arriver à ses fins.

 

 

De là à deviner notre préférence, cela me semble exagéré (hem !).

 

 

Les magiciens

 

Les affrontements entre grandes familles de Westeros pour le trône de fer ne doivent pas faire oublier qu’il s’agit également d’une série de Fantasy (car, oui, elle regorge de dragons et autres créatures plus ou moins chimériques). Deux personnages incarnent parfaitement cet aspect de l’histoire : Bran Stark et Melisandre, la prêtresse rouge d’Asshai.

 

Cette saison, ils ont tous les deux montré un nouveau pouvoir : le fait de remonter le temps (au point de pouvoir l’infléchir) pour Bran, et la résurrection pour Melisandre.

 

Melisandre est une combinaison de Magicienne et de Créatrice ce qui fait d’elle le Génie, capable d’exaucer les vœux (comme par exemple celui de ramener un personnage dont on taira le nom à la vie). Tout au long de l’intrigue, elle a mis ses pouvoirs au service de ce qu’elle croyait être la prophétie (parfois avec quelques erreurs).

 

L’analyse des Archétypes met par ailleurs en lumière une évolution intéressante de Bran : il est passé de l’Apprenti Sorcier (Magicien/Innocent) au Clairvoyant (Magicien/Sage) pendant la saison 6 au cours de laquelle il apprend à maîtriser ses pouvoirs. Il y a fort à parier que les Archétypes de Bran vont maintenant s’inverser pour devenir le Sage/Magicien, soit le Gamechanger qui utilise son savoir pour changer le monde. Nous prenons les paris.

 



La touche d’imprévu : les jokers

 

Personnages imprévisibles de la série, ils sont là où on ne les attend pas. Ils n’ont d’autres pouvoirs que leur esprit et leur humour. On déteste les aimer (comme Tyrion), ou on adore les détester (comme Ramsay). Ils ne laissent jamais indifférents.

 

Tyrion Lannister est un Bouffon/Sage, c’est à dire un Cynique, plein de sagesse il est capable de s’interroger sur l’état du monde et d’en montrer le côté absurde, non sans un certain humour pince-sans-rire du meilleur effet. C’est un personnage populaire pour sa répartie : ses joutes verbales avec Varys sont d’ailleurs très appréciées par les fans.

 

Ramsay Bolton est quant à lui le Hors-la-loi/Bouffon, soit le Déstabilisateur, qui utilise l’humour et le sarcasme pour déstabiliser ses adversaires. Son personnage est sorti de nulle part à la deuxième saison. Il est devenu un élément essentiel de la série, torturant plusieurs de nos personnages favoris au passage (une pensée émue pour Sansa).

 



Un personnage nécessaire à l’intrigue : le Héros

 

Comme il faut bien faire avancer le récit, certains personnages correspondent naturellement à l’archétype du Héros. C’est par exemple le cas de Jon Snow et de Brienne de Tarth. Ils n’ont ni la même place, ni les mêmes caractéristiques : alors que Jon Snow est extrêmement populaire, Brienne a un rôle plus secondaire. Cela est aussi en lien avec leur second Archétype.

 

Jon Snow est passé d’une personnalité proche du chevalier Jedi, l’Initié, composé du Héros/Innocent à celle du Héros/Protecteur, c’est-à-dire le Sauveur, entièrement altruiste, prêt à se sacrifier pour les autres (il en a d’ailleurs payé le prix ultime). C’est un Archétype beaucoup plus fréquent dans la culture populaire d’où son succès, puisque les fans le reconnaissent immédiatement.

 

Brienne est une Héroïne/Femme Ordinaire, investie de grandes responsabilités et qui correspond plus à la personnalité du Pompier. Tout le monde (chargé des mêmes missions) aurait accompli ce qu’elle a réalisé : c’est une héroïne du ‘quotidien’. La place d’un personnage aussi complexe dans la culture populaire est moins aisée. Cela explique pourquoi elle est moins appréciée, et donc moins mise en avant.

 

Il faut toutefois noter son association avec un autre archétype du Héros : le très apprécié Jaime Lannister.

 

Jaime est une combinaison de Séducteur et de Héros soit le Prince Charmant, le chevalier dans son armure étincelante qui sauve la demoiselle en détresse. Qui est prêt(e) à voir cela arriver dans la saison 7 ?

 

 

L’utilisation des Archétypes de Jung nous permet de faire une lecture intéressante des personnages de la série, de ce qui les motive et, pour certains, de ce qu’il va leur arriver. Il ne nous reste plus qu’à attendre les 2 dernières saisons de la série pour vérifier si nos quelques pronostics s’avèrent gagnant. D’ici là il est peut-être temps de lire les livres : il parait que les personnages y sont plus… imprévisibles.

Commentez





Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR