AccueilINNOVATIONSAPPRENDRE TOUJOURS !

Apprendre toujours !


Publié le 14/02/2019

Image actu

 

Dans la série profil atypique, Olivier Bouas-Laurent, interpelle notre curiosité en appliquant dans une logique qui lui est propre, son motto « apprendre toujours », qui résonne avec notre époque mouvante, force 8. Aujourd’hui, c’est ISOSKELE*, nouvelle marque du groupe La Poste qui l’anime et le passionne. Il rejoint Manuela Pacaud, Stéphan Montigaud et Artus de Saint Seine.

 

 

IN : concepteur-rédacteur, directeur de création… Puis patron d’agence. Aujourd'hui Directeur Général Adjoint des Activités Stratégies et Création. Il faut vous suivre. Quel est le fil rouge ?

 

Olivier Bouas-Laurent : dans mon parcours professionnel, j’ai toujours cherché à apprendre, à acquérir de nouvelles façons de faire mon métier. Après mon école (Sup de Pub), plusieurs années dans de grands groupes comme créatif et un passage chez TF1 pour comprendre de l’intérieur la mutation des médias, j’ai monté ma propre agence de publicité, Mademoiselle Scarlett avec Séverine de Nazelle, avec qui je travaillais depuis un an. Nous nous sommes éclatés, (NDLR, cette dernière est toujours Mademoiselle Scarlett, qui a signé la plateforme de marque), puis j’ai senti l’envie et le besoin d’aller au-delà de la création publicitaire, de découvrir les nouveaux métiers de l’approche client. Chez ISOSKELE, j’apporte mon savoir-faire d’un côté, et j’apprends de l’autre.

 

 

IN : ISOSKELE  est la nouvelle marque du groupe La Poste qui a été dévoilée hier soir aux professionnels. Quelle est l’origine et le rôle de cette entité d’un nouveau genre, spécialisée en data marketing et communication dédiée aux annonceurs?

 

O. B-L : l’objectif est de réunir cinq sociétés du groupe La Poste (Mediapost Publicité, Cabestan, Vertical Mail, SDS et Mediaprism l’Agence) aux cultures professionnelles complémentaires afin de proposer aux annonceurs une offre multidisciplinaire et globale à la fois, s'articulant autour d'experts très pointus. L'idée est de combiner science des data et du consommateur, créativité et technologie marketing. Les enseignes sont souvent tiraillées entre le fait de concentrer toutes leurs activités au sein d’une seule société ou… plusieurs. Nous rapprochons ce que le marché oppose souvent, en composant  les meilleures articulations, le meilleur équilibre. D’où la création du nom, qui vient du grec isos (égal) et skelos (les jambes), un nom fort de sens pour garantir le dosage adéquat entre data et créativité, technologies et imagination, performance et respect, business et éthique.

 

 

IN : « entrer chez l’annonceur », La Poste, en l’occurrence, doit être éloigné de ce que vous avez connu… côté agence. Votre ressenti ?

 

O. L-B : à la moitié de sa vie on cherche souvent plus de sens… La Poste est une entreprise indispensable dans la vie quotidienne qui entame une transformation avec optimisme. Pour l’anecdote, saviez-vous que chaque collaborateur prête serment devant un officier de l’état en entrant à la Poste ? C’est une célébration sérieuse dont on sort assez fier. Il y au sein de cette entreprise, le bon dosage entre performance et éthique, que nous transposons chez Isokele, en "conscience marketing". Un marketing plus raisonné qui s’exprime aussi à travers notre signature « de la connaissance à la reconnaissance client ». Il y a un besoin de sincérité et de reconnaissance des consommateurs qui s’inscrivent dans les grands enjeux sociétaux de demain. Une de nos accroches dans la campagne de lancement « Les données sont sensibles, il y a des gens dedans » propose une vision respectueuse des individus.

 

*ISOSKELE ce sont 250 collaborateurs, dirigés par Manuela Pacaud, 70 Ingénieurs, 35 planners stratégiques, des développeurs, dataminers, datascientists, consultants, créatifs, chargés d’études..., emmenés par un comité de direction spécialisé dans le data marketing et la communication de précision: Stéphan Montigaud, directeur général adjoint en charge des activités marketing technologiquesOlivier Bouas-Laurent, directeur général adjoint en charge des activités stratégies et création, et Artus de Saint Seine, directeur général adjoint des activités data.    

 

 

 

 

 

 

 


Commentez




Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR