AccueilCASE STUDYOUIGO, PORTE-PAROLE D’UNE JEUNESSE DéGOURDIE

Ouigo, porte-parole d’une jeunesse dégourdie


Publié le 17/05/2019

Image actu

Pour promouvoir ses nouvelles offres estivales auprès des jeunes, Ouigo dévoile un spot publicitaire censé les brosser dans le sens du poil. Mission réussie : le film, jamais condescendant, porte sur la jeunesse française un regard lucide et empathique. En musique, je vous prie. 

 

 

Improviser, s’adapter en toute circonstance : « it’s a young man’s game ». Si les vingtenaires sont « jeunes et cons » comme le hurle Saez depuis bientôt 19 ans, ils n’en sont pas moins créatifs quand il s’agit d’économiser leur précieuses pépettes -un sujet de jeune… mais un vocabulaire de vieux-. Qui n’a jamais extorqué la connexion wifi du voisin à son insu, recyclé ses vieux pots de moutarde en service dinatoire ou rafistolé ses collants avec un marqueur noir ? Quelques exemples parmi tant d’autres d’un Système D qui ne peut vous être étranger.

 

Et c’est justement sur cette débrouille propre à la jeunesse, cette envie même, résultantes d’une économie de moyens, que Ouigo a décidé de communiquer. Parce qu’à 20 ans on a la bougeotte, on veut vivre sa vie à fond et mettre son argent dans les choses qui comptent, la formule SNCF à bas coût offre la possibilité de voyager dans la France entière à partir de 19€ seulement. Pour mettre à l’honneur cette liberté d’action, Ouigo et son agence Rosapark ont conçu leur spot publicitaire comme une ode à cette philosophie de vie partagée. 

 

 

 


La coloc de l’astuce

 

Le film raconte le quotidien décomplexé de 3 amis colocataires. Dès le 1er plan, on comprend que ce sont les rois -et reine- de la débrouille : selon leurs besoins, un fer à repasser devient un appareil à raclette; une raquette de tennis, une passoire; un grille-pain, une poële; et ainsi de suite. Parfois absurdes, toujours inspirées -certain.e.s devraient prendre des notes-, les saynètes sont accompagnées de la chanson « Hier encore » de Charles Aznavour. Un choix artistique loin d'être innocent, qui insuffle à l'oeuvre une dimension nostalgique pour transcender la génération visée. La simplicité -toutt en couleurs- des décors et des costumes vient renforcer cette intemporalité du récit. On peut avoir 40 ans sur un passeport mais 20 ans dans sa tête… même sans carte 12-25. 

 

Plus que les « tutos » qu'ils proposent, c’est bien par sa mise en scène que ce film a retenu notre attention. Alice Moitié, qui s'est déjà illustré pour son regard de photographe chez Iconoclast Image et chez Standard pour ses clips musicaux, filme avec beaucoup d'empathie la complicité de ses protagonistes. Une douceur dans le regard qui donne envie au spectateur de faire partie de ce trio pour partager ces -bons ou inconfortables- moments de vie. Des fous rires authentiques à la pure débrouille collective, on ne demande qu'à emménager chez eux plutôt que de prendre le train...  On s’y sent bien dans cet appart. En bref, un film de copains intemporel qui sert totalement le propos de l’annonceur. Guillaume Canet et sa troupe n’ont qu’à bien se tenir...   

 

 

 


Voyager pour mieux vieillir


L'objectif est clair : installer le réflexe Ouigo chez une cible jeune, qui représente 40% de ses clients, en valorisant l’ouverture de nouvelles destinations, comme celle de Toulouse, meilleure ville étudiante de France selon le palmarès 2018 publié par le magazine L’Etudiant. Une manière de rappeler son positionnement : donner au plus grand nombre le pouvoir de voyager. Le film est diffusé depuis le 16 mai, sur les réseaux sociaux de la marque, Facebook, Instagram et en first view sur Twitter avec le hashtag #JeSuisUnGénieQuand. Il sera également diffusé sur Youtube en trueview. Une campagne influenceurs a également été imaginée.

 

 

 

 

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR