AccueilAUDACEVOUS N’ALLEZ RIEN VOIR VENIR

Vous n’allez rien voir venir


Publié le 16/05/2017

Image actu

Une mini comédie musicale pour parler d'un sujet délicat sans faire sortir les mouchoirs. C'est la chorégraphie créative pensée par l'agence Altmann + Pacreau pour la Fondation Visio...

 

La plupart des publicités concernant le handicap -qu’il soit physique ou mental- cherchent à susciter la pitié du spectateur et la souffrance de l’invalide pour obtenir des dons. C’est donc à l’exact opposé qu’est venue se positionner la Fondation Visio qui œuvre à la mobilité des personnes déficientes visuelles et l’agence Altmann + Pacreau. Son co-fondateur, Olivier Altmann, considère en effet que « la société a envie de positif et de solutions, pas d’être culpabilisée ou déprimée ».

 

Leur secret ? D’une part, une courte vidéo d’une minute qui ne mentionne pas le sujet; d’autre part, la reprise des codes de la comédie musicale pour une mise en scène joyeuse et positive. Cela produit chez le spectateur une curiosité pour la chorégraphie et son esthétique, puis une émotion lorsque la chute s’annonce : le danseur est malvoyant et ne peut réaliser cette performance qu’à l’aide d’une canne électronique.

 

La stratégie est pertinente : aborder un sujet douloureux et complexe par une approche artistique et positive. Son but ? Promouvoir et financer la canne électronique, Tom Pouce, qui permet aux aveugles et malvoyants de détecter les éventuels obstacles à distance. La vidéo est doublée d’une campagne print d’appel aux dons pour financer le coût de production de l’appareil et la formation nécessaire à l’usage de cette nouvelle technologie. «La campagne print durera le temps de la déclaration de l’ISF pour permettre une défiscalisation des dons», explique Oliver Altmann.

 

 

Casser les préjugés sur l’invalidité

 

Pour prendre le contre-pied des campagnes parfois « misérabilistes » du secteur caritatif, Altmann + Pacreau a confié la réalisation de la vidéo à Laura Sicouri, réalisatrice chez Wanda Productions. L’idée est bien de disrupter, de faire l’inverse de ce qui a été fait jusque-là. D’où une comédie musicale truculente à des années lumières de l’image que l’on se fait de l’invalidité. « Les créatifs ont eu l’idée de la comédie musicale en pensant aux cannes des danseurs façon Gene Kelly dans Un Américain à Paris », ajoute Olivier Altmann. Un retour aux racines des comédies dansantes et chantantes des 50’s en somme.

 

Cette dimension non-conformiste se retrouve aussi dans le choix des deux chorégraphes sensibles aux problèmes de mobilité. D’abord Carine Charaire, du duo « I Could Never Be A Dancer, et Benjamin Yonattan », jeune danseur aveugle depuis ses 12 ans et ancien participant de America’s Got Talent. A noter que la musique a été spécialement composée par Jérôme Alquier de THE, entreprise spécialisée dans la production de bandes son publicitaires. C’est plus qu’un pas de deux !

 

 

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI




Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR