AccueilTENDANCES11 IDéES CLéS POUR L’AVENIR : LA CROISSANCE LENTE DES PAYS OCCIDENTAUX

11 idées clés pour l’avenir : La croissance lente des pays occidentaux


Publié le 26/06/2013

Image actu

 

 

Les auteurs des ouvrages sélectionnés ou les experts interrogés sur la situation dans le monde dans The Economist identifient tous une deuxième tendance forte globale, qui se dégage concernant la croissance lente des pays occidentaux. L’espace européen restera, sauf volonté politique affirmée, un espace économique, mais il sera incapable de devenir le centre par manque de dotation en institutions politiques, de réformes de l’enseignement supérieur, de capacité à innover du fait du départ des chercheurs, d’intégration des étrangers pour compenser le vieillissement et la baisse de la démographie.

 

 

Signaux faibles

 

> Entreprises multilocalisées qui localisent leurs expertises globales, comme dans le secteur du BTP.

> Emergence du concept de « locbal ».

 

Conséquence 1 : De nouvelles forces économiques

Le passage à l’est des foyers économiques

 

En 2012, les économies émergentes importeront plus de biens que les pays riches. C’est un changement radical par rapport à 2000, lorsque leurs importations atteignaient à peine la moitié de celles des économies avancées. Dans dix à quinze ans, les marchés émergents pourraient représenter la moitié du chiffre d’affaires de plusieurs grandes multinationales. Non seulement les échanges commerciaux entre économies émergentes s’accroissent (comme entre la Chine et le Brésil), mais leurs achats auprès des pays riches sont également en forte hausse.

> Lire la suite

 

 

Conséquence 2 : De nouveaux centres de décision

 

La délocalisation et/ou l’éclatement des sièges vers des pays aux législations environnementales moins contraignantes

 

Une tendance également à l’œuvre, que relève un article des Echos de novembre 2011, concerne l’impact des décisions de justice des cours française et européenne sur le remboursement des dégâts causés par une usine polluante. Ce remboursement pourrait de plus en plus être demandé à la structure de tête, ouvrant la voie, de ce fait, à la migration des sièges européens vers « des cieux juridiquement et fiscalement plus cléments ».

> Lire la suite

 

 

Conséquence 3 : Une mondialisation régionalisée

 

Une nouvelle forme de mondialisation dans les pratiques et dans les récits des entreprises.

 

La décroissance des pays occidentaux et la redistribution des foyers de productivité et des sièges sociaux reconfigurent la mondialisation. Une nouvelle forme de mondialisation régionalisée est en voie de constitution. Pour Jeremy Rifkin, il est possible d’ajouter également que la troisième révolution industrielle et la nouvelle ère du capitalisme distribué vont « sculpter une nouvelle forme de mondialisation », en mettant l’accent, cette fois, sur la continentalisation par le bas (les énergies renouvelables étant présentes à égalité dans le monde entier, chaque région pourra être autosuffisante en restant interconnectée par des réseaux intelligents à d’autres régions du monde). Cette mondialisation régionalisée est une conséquence fondamentale du passage à l’Est pour les entreprises et leur organisation.

> Lire la suite

 

 

United colors of companies

 

Cette idée de décroissance territoriale est peut-être, précisément, très occidentale. Il est amusant de constater que les américains ont une tout autre façon de considérer le continent européen : leur découpage géographique des marchés englobe souvent, en une même zone, des pays aux potentiels de croissance complètement différents. « Est-ce que nous, en France, nous avons beaucoup de régions qu’on appelle Europe Middle-East Africa ? Non. J’ai bossé dans des boîtes où on avait Europe Centrale, Europe Orientale. Donc l’Europe. L’Europe et les pays de l’Est. éventuellement, l’Europe Continentale. C’est marrant, que les Américains fassent EMEA… Pour eux, il y a l’Amérique, la Russie et puis le reste au milieu. »

> Lire la suite

 

 

Extrait tiré de l'ouvrage 11 idées clés pour l’avenir

Commentez





Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR