AccueilINNOVATIONSPARC DU FUTUR CHERCHE FONDS DU PRéSENT

Parc du futur cherche fonds du présent


Publié le 01/03/2012

Image actu

 

 

C’est à l’automne 2011 que son nom apparaît pour la première fois à New York sur les blogs de design et dans certaines publications locales. Depuis, le «Delancey Underground» fait saliver tous les chantres de l’innovation urbaine penseurs de la nouvelle utilisation des espaces. Il faut dire que le projet défendu depuis une semaine sur la startup de crowd funding Kickstarter , draine du rêve dans le lignage de ses croquis.

 

L’ambition de deux co-fondeurs -qui sur le site officiel défendent  le projet comme «une opportunité de revitalisation économique et de représentation des nouvelles technologies vertes et de design »- est à la hauteur du buzz qu’elle induit. Inspiré par la réussite du parc urbain suspendu de Manhattan du High Line , le Delancey Underground veut transformer un ancien terminal de tramway du Lower East Side en un parc public sous terrain.

 

Cet espace public d’un nouveau genre utiliserait les technologies solaires pour une illumination naturelle et des câbles de fibre optique, pour importer sous la rue Delancey la lumière nécessaire à la croissance des plantes et des arbres.

 

 

 

 

 

 

Dans ses 5570 m2, le parc proposerait de expositions, des marchés de produits organiques et des programmes éducatifs et promotionnels. «Cela sera plus qu’un espace. Il est au coeur du débat sur le potentiel des infrastructures urbaines obsolètes. Il faut être intelligent et imaginatif pour offrir au public un lieu d’inspiration et source de créativité», assurent sur le site Web de l’initiative James Ramsey et Dan Barasch, le duo d’instigateurs.

 

Différent des souterrains de Montréal, le «Delancey Underground» entend convaincre les autorités exécutives de Gotham, tout en levant des fonds sur Kickstarter. La MTA (Metropolitan Transit Authority), propriétaire du terminal créé en 1903 et fermé depuis 1948, a déjà annoncé qu’elle entendait réutiliser l’espace. En collaboration avec HR&A , le cabinet en charge de démontrer le potentiel du High Line ouvert en 2009, le Delancey Underground doit présenter un prototype à la fin 2012 pour convaincre de la viabilité de sa technologie solaire. En une semaine sur Kickstarter, il a levé plus de 50 000 euros.

 

Comme le souligne fort bien Bruno Marzloff, fondateur du Groupe Chronos, spécialisé sur la ville, la mobilité et le quotidien, “les injonctions du développement durable, la recherche de productivité des infrastructures existantes, le bouleversement du jeu des acteurs, l'irruption du numérique urbain, les modèles économiques et partenariaux, sont autant de raisons pour que l'architecture des services ne soit pas considérée comme une option. Autant de raisons aussi pour défricher des pistes innovantes et reconsidérer la ville, ses lieux et ses agencements.”

 


Benjamin Adler

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR