AccueilINNOVATIONSLES MAGASINS VIRTUELS ENVAHISSENT LA RUE…

Les magasins virtuels envahissent la rue…


Publié le 02/11/2011

Image actu

 

 

Il ya plusieurs mois, notre rédaction s’était arrêtée sur Tesco. Le groupe de grande distribution britannique avait lancé, avec sa filiale HomePlus, dans le métro de Séoul un mur composé d’affiches et gorgé de 470 produits à commander et à acheter avec son téléphone mobile grâce au QR code.

 

Ce magasin d’un nouveau genre, mis en place par Cheil Worldwide, offre aux consommateurs pressés une panoplie de produits de la vie courante allant de la beauté aux aliments frais. Une méthode de distribution, avec livraison dès le lendemain de la commande, qui a pour vocation d’économiser du temps et  de l’énergie, parfois abandonnés dans les supermarchés.

 

L’idée a d’ailleurs été récompensée d’un Grand Prix Media aux derniers Cannes Lions. Forcément ce type de concept ne pouvait pas continuer sans inspirer d’autres marques. C’est le cas de P&G, qui  s’essaye maintenant à ce nouveau type de point de vente. Depuis peu, le groupe vient de lancer dans le métro de Prague en République Tchèque, 4 machines placées sur la ligne la plus fréquentée par les Praguois.

 

 

 

 

Le principe reste le même sur la manière de concevoir le mur, la vente et la livraison. Seul change le référencement de produits. P&G a décidé de mettre en avant son catalogue fait maison (Ariel, Gillette, Old Spice, Pantene, Pampers…). Le groupe ajoutera toutefois d’autres produits et a même prévu d’adapter son offre en fonction des périodes, et rajoutera par exemple des jouets et produits électroniques pendant Noël.

 

De leur côté, les Chinois avec le distributeur Yihodian.com ont envahi 15 stations du métro de Shangaï. La large sélection de produits proposés va de l’écran LCD aux couches de bébé en passant par un téléphone portable HTC. Et si le passant ne trouve pas le produit qui lui correspond, il a toujours la possibilité de prolonger son expérience via l’application nécessaire de Yihodian pour acheter au travers du mur virtuel.

 

Pour l’instant ces supermarchés factices sont encore considérés comme des concepts ayant pour vocation de faire briller l’aura de la marque. Mais avec l’hyper accélération de la vie, et la multiplication  de terminaux conçus et simplifiés pour répondre à cette nouvelle forme de consommation, ce qui aujourd’hui est un acté isolé devrait sûrement croître dans les années à venir.

 

 

Gaël Clouzard

Source adage.com / P&G


 

 


Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR