AccueilAUDACEL'ECOCAPSULE EST-IL L'HABITAT DE DEMAIN ?

L'Ecocapsule est-il l'habitat de demain ?


Publié le 26/05/2015

Image actu

 

Que les amoureux de nature et de grands espaces verts se réjouissent. Avec son Ecocapsule, le cabinet Nice architects vous offre un passeport pour la liberté. Autonome et fonctionnel, ce concept redéfinit les notions d’exploration et de voyage.

 

Il y a quelques mois, nous partions à la découverte des Earthship, ces habitations étranges aux allures de maison spatiale pour extra-terrestre sédentarisé. Construction autonome et recyclée, cette forme d’habitation est peut-être en train de déterminer notre façon de vivre dans les années à venir. Dans la même lignée, le projet Ecocapsule du cabinet slovaque Nice Architects nous propose à son tour une vision de l’habitat de demain. Avec ses panneaux solaires, sa turbine à vent et son système de récupération des eaux de pluie et de la rosée, cette coque de noix de 1 500 kilos et de 11 m2 permet à deux personnes de vivre en totale autonomie. Car même si l’ensoleillement et le vent sont faibles, une batterie fournit assez d’énergie pour satisfaire ses besoins. Si l’espace est réduit, le confort et la fonctionnalité sont bien au rendez-vous : kitchenette, toilettes, douche, espace de travail modulable en coin repas… Avec son design minimaliste et ultra léché, on aurait presque envie de prendre la poudre d’escampette et d’abandonner son vétuste studio pour s’installer au sommet d’une montagne.

 

Bien qu'encore au stade de prototype, le prix  de l’Ecocapsule devrait être annoncé d’ici la fin de l’année et sa commercialisation devrait débuter dès 2016. Ainsi, pour acheminer la capsule, il devrait falloir compter 2 200 euros si on est à New York, 1 800 à Bueno Aires, 1 500 à Melbourne… Quant à la France, pour l'instant aucun tarif n'est indiqué, mais il ne devrait pas dépasser 1 000 euros. En plus d’être écologique et minimaliste, le champ d’application de l’Ecocapsule semble infini. Station de recherche indépendante en Artique, relais humanitaire dans les espaces sinistrés, habitation touristique dans des zones improbables… Nul doute que ce type d’habitation devrait faire des émules du côté d’Airbnb ou encore de nombreux festivals, comme le We Love Green

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR