AccueilLA CONVERSATIONLE CM, CE GARS QUI TWEETE ?

Le CM, ce gars qui tweete ?


Publié le 06/06/2016

Image actu

 

Le rôle d’un community manager est touchy et bien souvent les clichés sont tenaces dans la fonction. Pourtant, pour exercer le job de CM, il faut en avoir sous la pédale et jongler avec les compétences. Preuve à l’appui avec la nouvelle recrue de l’agence We Are Social.

 

En mars dernier, We Are Social partait à la conquête de sa perle rare : son SuperCM. Une campagne de recrutement en quatre étapes placée sous le signe de l’inspiration. Menée via un site dédié, il fallait prouver sa créativité sur Snapchat, faire parler son talent rédactionnel sur Facebook, étonner sur Twitter et viser dans le mille sur Instagram. Après une quarantaine de candidatures, un vote de l’agence et un entretien final avec Sandrine Plasseraud, directrice générale, Nicolas Billières, directeur de la communication et Benoît de Kanel, directeur des Ressources Humaines, un oiseau rare a fait la différence.

 

Son patronyme ? Damien Dubost. Et son parcours détonne. Après deux ans en école d’ingénieur en informatique, il postule par hasard a une offre de stage en social media pour l’émission de Cyril Hanouna, "Touche pas à mon poste". Bingo : « Cette expérience a été très prenante et formatrice. L’émission possède un engagement énorme et on a connu quelques coups de chaud, notamment quand Nabilla est venue sur le plateau en avril dernier », explique la nouvelle recrue, également passée par l’émission "C'Cauet" sur NRJ. Cet autodidacte sans formation spécifique en matière de social media a pourtant un péché mignon : une consommation frénétique de vidéos YouTube qui s’apparente pour lui à "une véritable étude microsociologique, une cure d’humour et de grand n’importe quoi".

 

 

Le CM, un chef d'orchestre

 

Du haut de ses 21 ans, il aura pour mission d’incarner la "culture d'entreprise" de l'agence digitale : « Chez We Are Social, la culture de l’agence est très forte et il y a un vrai attachement à l’entreprise. C’est cet esprit de famille que nous voulons insuffler à nos collaborateurs, à nos clients et à l’ensemble de notre communauté. C’est pourquoi nous avons choisi Damien, qui a réussi à nous convaincre lors de l’ultime entretien et que nous avons jugé le plus à même pour mener à bien ces missions », raconte Nicolas Billières.

 

Un challenge de taille pour ce jeune SuperCM qui goûte pour la première fois à l’univers d’agence et qui devra faire preuve de créativité et d’adaptation au milieu d’une centaine de collègues pour lesquels il doit devenir un incontournable. Reléguant ainsi bien loin les clichés liés à sa fonction et dont les médias raffolent. « Dans certaines de mes expériences précédentes, je n'étais vu que comme "le gars qui tweete". Même aujourd’hui, quand je présente le job à ma famille, je préfère dire que je travaille "dans la pub sur internet". C’est dommage car derrière chaque CM, il y a un profil de curieux, une capacité d’analyse et de réflexion… Sans oublier l’aspect éditorial et créatif ! », reconnait Damien Dubost. Il est peut-être là, le défi de la future génération de CM pour accéder à cette reconnaissance statutaire : sortir définitivement du diktat du buzz et de la punchline bêtement valorisée et jouer les pédagogues afin de faire comprendre et accepter son rôle auprès des communicants et du grand public.

 

 

A gauche, Baptiste Lorber. A droite, Damien Dubost, la relève

 

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI




Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR