AccueilIN AFRICAREDéFINIR L'IDENTITé URBAINE DES CAPITALES AFRICAINES

Redéfinir l'identité urbaine des capitales africaines


Publié le 28/09/2017

Image actu

Les grandes agglomérations doivent évoluer pour et par les générations récentes. Guy Tillim, photographe et lauréat du très exigeant Prix HCB 2017, livre ses premiers témoignages et pistes de réflexion à travers ses clichés de rues. Un voyage visuel sans concession et très sensible qui va se poursuivre avant d’être exposé à Paris en 2019.

 

Avec Museum of Revolution, Guy Tillim représenté par la galerie Stevenson, a récemment remporté les suffrages du jury (*) du Prix HCB 2017 organisé, tous les 2 ans, par la Fondation Henri Cartier-Bresson avec le soutien de la Fondation d’entreprise Hermès. Une distinction décrochée pas seulement parce que le projet documentaire de ce photographe sud-africain confirmé fait écho à une institution de Maputo et plus généralement à l’histoire du Mozambique, mais surtout parce qu’il capte sans concession les paysages urbains de capitales africaines -à commencer par Johannesburg, sa ville natale- qui les confrontent d’une façon ou d’une autre au prisme de leur passé colonial. Un regard lucide mais tout en sensibilité car l’objectif est plus de témoigner et de construire avec et pour les jeunes comme il le décrit dans sa présentation : « les espoirs et le vécu des générations récentes qui n’ont pas connu le colonialisme sont une opportunité pour les sociétés de surmonter les erreurs du passé ».

 

Une prise de conscience et une future action qui doivent se faire en partie grâce à la scène coloniale, une toile de fond essentielle car témoin des révolutions et autres mouvements engendrés. « Le récit colonialiste s’est répété au sein des pays africains durant les soixante-cinq années passées, avec des dates et des noms différents, mais les paradoxes et les contradictions des années coloniales et postcoloniales continuent de se multiplier », explique-il « Cela se perçoit dans les rues et les avenues, souvent aménagées avec la grandeur du pouvoir colonial puis rebaptisées par l’indépendance. Que les sociétés postcoloniales imitent certains aspects des régimes coloniaux n’est pas unique en Afrique, c’est la loi de l’Histoire ». Bouger les lignes est donc le message de ses images.

 

 

Une aide à la création avant de consacrer une renommée et une carrière

 

Après avoir photographié les rues de Johannesburg, Luanda, Harare, Libreville, Addis Ababa, Nairobi et Maputo, Guy Tillim était au milieu du gué de son projet, lorsqu'il a candidaté au concours photographique. Grâce à la dotation de 35 000 euros du Prix HCB qui se veut d’abord une aide à la création avant d’être une consécration artistique couronnant une carrière, il va pouvoir compléter et documenter son reportage en fixant dans son objectif les artères de Dakar, Accra, Kampala et Lagos.

 

Des clichés esthétiques et précieux, tant ils sont minutieux et riches d’enseignements, qui devraient permettre à ces métropoles ainsi qu’à leur population et leurs édiles de mieux définir pour l’avenir leur identité urbaine. Un travail qui fera l’objet d’un livre et d’une exposition sur les murs de la fondation parisienne au printemps 2019… Faisant de Guy Tillim, déjà souvent distingué par d’autres récompenses françaises et internationales, un lauréat définitivement comblé en bénéficiant de l’aura d’Henri Cartier-Bresson qui décidément continue de montrer la voie.

 

(*) Clément Chéroux, directeur, Département de la photographie du SFOMA, San Francisco, Pierre-Alexis Dumas, directeur artistique de la maison Hermès, membre du conseil d’administration de la Fondation d’entreprise Hermès, Lorenza Bravetta, conseillière auprès du ministre Franceschini pour la mise en valeur du patrimoine photographique national, Turin, Florian Ebner, directeur, Cabinet de la photographie du Centre Pompidou, Paris, Nathalie Giraudeau, directrice, Centre photographique d’Île de France, Paris, Thyago Nogueira, directeur, Département de la photographie contemporaine à l’Instituto Moreira Salles et éditeur du ZUM magazine, São Paulo, Agnès Sire, directrice, Fondation Henri Cartier-Bresson, Paris.

 

 

 

 

 

 

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI




Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR